Pour pouvoir prendre l’autobus en direction de Chicoutimi, les usagers de l’Association Renaissance des personnes traumatisées crâniennes du Saguenay-Lac-Saint-Jean devront utiliser cet abribus ou se rendre plus bas à pied sur la côte Saint-Jean-Eudes.

Un arrêt d’autobus retiré

La Société de transport du Saguenay (STS) ne recule pas et retire l’arrêt d’autobus devant les locaux de l’Association Renaissance des personnes traumatisées crâniennes du Saguenay-Lac-Saint-Jean situés au 2223, boulevard du Saguenay.

C’est ce qu’a confirmé mercredi soir le conseiller municipal, Marc Pettersen, président de la Commission de la Société de transport du Saguenay.

L’association avait fait part publiquement de son inquiétude et de son mécontentement face à la mesure annoncée par la STS. Un long message avait été publié mardi matin sur leur page Facebook, au sein duquel ils avaient identifié notamment M. Pettersen et le conseiller du secteur, Jean-Marc Crevier. 

Ils disaient avoir été contactés de façon informelle il y a un mois, puis mis devant le fait accompli six jours avant le retrait de la pancarte. « Nos membres vivant avec les limitations cognitives et/ou physiques qui se déplaçaient de façon autonome devront maintenant utiliser le service de transport adapté ou parcourir entre 260 et 400 mètres sur une distance non sécuritaire, difficilement déneigée, sans traverse piétonne et/ou avec une importante pente (côte Saint-Jean-Eudes). Depuis des années, la STS nous demande l’inverse, soit d’outiller nos membres à prendre le transport régulier, car le service de transport adapté est beaucoup plus coûteux, mais on nous enlève les moyens pour y parvenir », avaient-ils écrit.

Joint par Le Quotidien mercredi soir, Marc Pettersen a confirmé le retrait, expliquant qu’il s’agissait simplement d’un projet pilote instauré il y a quelques années. « On a reçu des plaintes légitimes de nos chauffeurs qui nous disaient que c’est très dangereux », a-t-il indiqué. À cet endroit, l’arrêt était situé en direction Chicoutimi et se trouvait à quelques dizaines de mètres seulement du rétrécissement du boulevard, où il n’y a qu’une voie après la fin du terre-plein central. Plusieurs automobilistes circulent également très rapidement dans ce secteur, rendant la vie plus difficile aux chauffeurs de la STS. De plus, Marc Pettersen a plaidé que les statistiques ne démontraient pas une utilisation assez importante par les usagers de l’association.

Dorénavant, les personnes devront donc utiliser l’abribus situé à quelques centaines de mètres plus haut, tout juste avant le Petro-Canada, ou descendre plus bas sur la côte. « Quand l’hiver va arriver, on va s’organiser pour que la rue soit bien grattée. (...) Je m’engage à ce que le trottoir de la côte Saint-Jean-Eudes soit impeccable. Mais on veut que les citoyens nous aident en nous appelant quand il sera mal déneigé », a assuré le conseiller, qui se disait aussi ouvert à rencontrer les gens de l’association.

Un autocollant annonçant le retrait le 14 mars a été apposé sur la pancarte d’arrêt d’autobus face au 2223, boulevard du Saguenay.