Un appel au PM en dernier recours

À défaut d’une entente entre Métaux BlackRock (MBR) et Rio Tinto (RT) sur l’établissement d’un tarif de transport sur le réseau ferroviaire de Roberval-Saguenay pour le concentré de ferrovanadium, le préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard, souhaite que le premier ministre Philippe Couillard intervienne dans le dossier.

Cette position a été exprimée par M. Savard à l’occasion de la dernière journée de consultation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) portant sur le projet d’usine de transformation du concentré de fer en fonte et en ferrovanadium de MBR.

Dans le cadre du mémoire présenté, qui se veut un réquisitoire en faveur du projet, M. Savard a rappelé que lors du Sommet économique de 2015, la Table régionale des élus avait fait de l’optimisation du réseau ferroviaire entre Saguenay et Chibougamau l’une de ses quatre priorités, un engagement auquel avait adhéré le premier ministre Couillard pour soutenir le développement de la zone industrialo-portuaire (ZIP) de Grande-Anse.

Devant les commissaires du BAPE, M. Savard a mentionné qu’à défaut d’une entente entre les deux entreprises privées sur l’utilisation et le partage du chemin de fer, le premier ministre Couillard, le gouvernement du Québec et le gouvernement d’Ottawa devront intervenir.

Dans les coulisses du BAPE, certains verraient d’un bon oeil que le réseau ferroviaire privé du Roberval-Saguenay ait un statut transnational par l’adoption d’un décret fédéral alors que présentement, il relève de la juridiction provinciale, ses activités n’ayant cours que dans la province.

Interrogé par le commissaire Pierre Renaud sur la position présentée mardi par la mairesse de Chibougamau, Manon Cyr, qui s’oppose au projet si le transport du concentré n’est pas entièrement effectué par le chemin de fer, M. Savard s’est quelque peu empêtré dans les explications en affirmant que la mairesse ne connaissait sûrement pas la ZIP de Grande-Anse, une infrastructure qui n’est pas connue par la population de Chibougamau, mais pourtant nécessaire pour acheminer des exportations vers le monde entier et se sortir de la dépendance au marché américain.

Pour sa part, le préfet de la MRC Domaine-du-Roy, Lucien Boivin, a fait valoir aux commissaires que peu importe la solution de transport retenue, la population de son territoire, dans des villages comme Chambord, Desbiens et Saint-Prime, aurait à subir les inconvénients de la croissance des activités cumulatives sans nécessairement bénéficier des avantages économiques.

Malgré tout, le préfet appuie le projet de MBR et a recommandé que des investissements se poursuivent dans l’amélioration des infrastructures de transport et l’adoption d’une stratégie régionale ainsi que dans la mise en place d’un comité de suivi.

Mashteuiatsh
L’après-midi a été l’occasion pour des entrepreneurs de Mashteuiatsh, Philippe Buckell, de Ilnu Gaz, Éric Comtois, entrepreneur forestier, et James Moar, président et directeur général de Transport C. Moar, de démontrer leur intérêt pour le projet puisque, selon eux, ce serait l’occasion de créer de nouvelles opportunités d’affaires pour leur communauté. M. Buckell a fait part de son intérêt pour aménager une nouvelle station-service au kilomètre 84 de la Réserve faunique Ashuapmushuan.