Un amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi

Des conseillers municipaux de Saguenay envisagent la construction d’un nouvel amphithéâtre en plein cœur du centre-ville de Chicoutimi. Le bâtiment serait érigé sur le terrain situé entre la rue du Havre et le boulevard du Saguenay.

La Ville possède dans cette zone tous les terrains nécessaires pour construire un nouveau complexe sportif d’une ou deux patinoires. Cette possibilité n’a pas encore franchi d’étape officielle à la Ville, mais a été évoquée dans différents comités. Ces démarches sont évidemment en lien avec la fermeture temporaire du Centre Georges-Vézina.

Au cours des derniers jours, Le Quotidien s’est entretenu avec de nombreux acteurs qui désirent conserver l’anonymat pour le moment. Ils ont confirmé que cette idée, héritée du projet de salle de spectacle au centre-ville, a rapidement gagné du terrain. Certains fonctionnaires ont même démontré une grande ouverture à cette option alors que plusieurs voyaient l’amphithéâtre localisé à l’intersection de la route 170 et du boulevard Talbot, près du Costco.

« Il fallait simplement y penser. La Ville possède des terrains et on doit avoir des vérifications techniques. C’est certain que cette idée sera accueillie très favorablement par le milieu des affaires du centre-ville. On a au moins l’obligation de vérifier la faisabilité technique d’un tel projet », a confié au Quotidien une source bien informée.

L’ex-maire Jean Tremblay avait pourtant rejeté le projet de salle de spectacle sur ce site, en prétextant que le terrain était instable pour accueillir une structure aussi lourde sans l’implantation de pieux dans le sol. Les gens en faveur du centre-ville pour le nouvel amphithéâtre désirent que l’on évalue sérieusement les options techniques de construction puisque tout le complexe immobilier du palais de justice et de Cegerco repose sur le même type de sol.

En attente du rapport

Il est cependant impossible pour le moment de connaître le type de complexe qui serait érigé puisque la Ville n’a pas reçu le rapport final de la firme Gémel. Les coûts de solidification de la toiture du Centre Georges-Vézina ne sont toujours pas établis. Tout indique que l’ampleur de ces travaux déterminera la nature du projet envisagé pour la rue du Havre.

Patinage de vitesse

Le Quotidien a obtenu la confirmation que l’Association régionale du patinage de vitesse a transmis au conseil municipal un mémoire de huit pages. Dans ce document, elle plaide pour conserver le Centre Georges-Vézina qui abrite le Centre d’excellence Marc Gagnon considéré comme une véritable fabrique à médaillés olympiques. Le mémoire de l’association a été transmis à la Ville avant la fermeture de l’aréna.

L’association demande simplement à ce que les mesures nécessaires soient prises pour assurer la sécurité de la toiture.

Rapports

Le Quotidien a demandé à Saguenay une copie de l’étude réalisée par Roche, aujourd’hui Nordia Stelo, en 2013, dont la conclusion permettait de maintenir le Centre Georges-Vézina ouvert avec certaines précautions. L’étude a été réalisée après l’ajout d’un tableau indicateur qui pèserait neuf tonnes. Entre 2013 et février 2018, le toit du Centre-Georges Vézina était jugé sécuritaire avec un déneigement adéquat. Sans aucune raison apparente dans la structure, du moins selon ce qui a été dévoilé aux médias, la firme Gémel a décidé que l’auteur du premier rapport avait erré dans ses recommandations.

Saguenay refuse de rendre ce rapport public. Il en sera de même pour le rapport final de la firme Gémel qui a d’une certaine façon mis la mairesse au pied du mur en l’informant, un vendredi après-midi, que le toit n’était plus sécuritaire, forçant ainsi Saguenay à fermer le Centre Georges-Vézina.