Les clients du notaire Hubert Claveau, Roger Dumais, Philippe Mons et Gilles Dufour du projet Luxuor Récréatif ont signé officiellement le 30 000e acte authentique en minutes de l'étude notariale.

Un 30 000e acte pour le notaire Claveau

Il n'est pas donné à tous les notaires de préparer et rédiger 30 000 actes authentiques dans une carrière professionnelle.
C'est pourtant le cap qu'a franchi le notaire chicoutimien Hubert Claveau la semaine dernière avec des clients associés au développement du projet immobilier Luxuor Récréatif, de Chicoutimi.
M. Claveau a tenu à souligner avec fierté l'événement dans le cadre d'une petite cérémonie bien modeste qui s'est tenue à ses bureaux de la rue Racine.
En entrevue, M. Claveau rappelle qu'il est issu d'une famille de notaires puisque son père bien connu dans le milieu, Marcel Claveau, avait fondé son étude en 1948.
Après avoir complété des études de droit à l'Univertsité Laval, M. Claveau est entré au sein du cabinet de cette étude en 1980. « J'ai terminé mes études de droit à l'âge de 22 ans et à l'époque j'étais le plus jeune notaire reçu au Québec », affirme M. Claveau. «Dans ce temps-là, il y avait trois bureaux importants à Chicoutimi avec plus de six notaires. En 2017, notre bureau compte toujours six notaires avec la présence de Normand Gagnon, Dany Allard, Édith Bouchard et Julie Desmeules».
Évoquant sa carrière, M. Claveau est bien conscient que franchir le cap des 30 000 actes authentiques en minutes représente une étape qui n'est pas unique puisque certains de ses confrères l'ont également atteint, mais à un âge plus avancé que lui qui l'atteint à l'âge de 58 ans. « Au Québec, il y a moins d'un pour cent des notaires qui atteignent la rédaction de 30 000 actes, mais en bas de 60 ans, c'est plus rare ». 
L'un de ses secrets pour l'atteinte de ce résultat est l'esprit d'équipe et la collégialité affichée pendant ses 37 ans de carrière, mais surtout l'ardeur à la tâche. « L'une des recettes que j'ai appliquées, ça a été 40 samedis matins pendant 20 ans au bureau pour des semaines de 55 à 60 heures ». 
C'est pour cette raison qu'il tient à souligner le travail de ses collaboratrices Céline, Sylvie, Marielle, Catherine, Julie, Sophie et Gina tout comme son épouse Gina Maltais et sa fille Sophie Maltais-Claveau pour les fins de semaine passées à l'extérieur de la famille.
Après 37 ans d'une carrière qui se poursuit, M. Claveau trouve la satisfaction personnelle dans le sentiment de s'être bien occupé de ses clients. « S'il y en a un que j'ai négligé, je m'en excuse ».
Outre sa carrière de notaire, M. Claveau agit également comme gestionnaire mandataire familial pour la résidence pour personnes âgées du 54 Racine. 
L'étude notariale dont il fait partie commencera à se renouveler avec la période de retraite qui pointe lentement puisqu'à court terme elle compte recruter deux nouveaux notaires ayant cumulé entre deux et cinq ans d'expérience.