Yves Jacquier, directeur exécutif des studios de services de production chez Ubisoft et responsable d’Ubisoft La Forge, a présenté le nouveau modèle implanté entre les chercheurs universitaires et le développeur de jeux vidéos. Il pose avec le directeur d’Ubisoft Saguenay, Jimmy Boulianne.

Ubisoft ouvre la porte aux chercheurs

Le développeur de jeux vidéos Ubisoft ouvre la porte aux chercheurs dans le cadre d’un nouveau modèle collaboratif élaboré avec diverses universités dont pourrait faire partie l’UQAC.

De passage pour la première fois à Saguenay dans le cadre de l’ACFAS, Yves Jacquier, directeur exécutif des studios de services de production à Ubisoft Montréal et responsable du département de recherche et développement La Forge, a expliqué comment le nouveau modèle en développement pourrait s’appliquer à une grande diversité de secteurs.

Le dirigeant affirme que l’entreprise de jeux vidéos a créé La Forge il y a deux ans, à Montréal, réunissant en un seul lieu des chercheurs et des gens d’Ubisoft avec deux objectifs principaux, soit de permettre la création de nouveaux jeux vidéos, mais aussi l’acquisition de nouvelles connaissances dans le cadre d’un écosystème gagnant pour chacune des parties.

« L’objectif est de favoriser le prototypage technologique tout en améliorant les connaissances des chercheurs. On a pensé La Forge pour que ce soit symétrique », explique-t-il.

Il a expliqué que le développement de jeux vidéos est intimement lié au développement de compétences tout en servant de point de référence pour l’intelligence artificielle.

« On pense que d’ici trois ans, des systèmes d’intelligence artificielle automatiques permettront d’accélérer de 80 % la création de personnages au niveau du dialogue, du facial et de l’animation. »

L’intégration de nouveaux outils en intelligence artificielle dans la création de jeux vidéos aura des impacts sur le personnel des développeurs.

M. Jacquier croit que l’accumulation de dix années de données dans la capture de mouvements en animation de jeux vidéos liée au développement de l’intelligence artificielle laissera place à de nouvelles applications dans de multiples secteurs, comme le transport et le développement de véhicules autonomes.

« Il deviendra possible d’utiliser des simulations dans les jeux pour auditer des systèmes de direction autonomes selon divers scénarios ou encore créer des scénarios qui s’appliqueraient à de vrais problèmes de la vie. »

Le dirigeant voit du potentiel de l’application des technologies destinée aux jeux vidéos dans une grande variété de sphères comme les sciences de l’éducation, la biométrie, le développement de prototypages, etc.

En après-midi, le dirigeant s’est rendu à l’UQAC pour y rencontrer des chercheurs afin d’évaluer le potentiel de collaboration qui pourrait être développé avec Ubisoft La Forge.