Trop de chats errants à Alma

Alma ferait face à une problématique d’errance féline. C’est ce que constate l’organisme Chats sans abri qui a déposé une pétition de plus de 1200 signatures, à l’issue de la séance du conseil de ville, tenu mardi.

La présidente, Linda Hudon, demande la stérilisation des chats errants et l’adoption d’une politique pour s’occuper de ce problème.

« Il y a des secteurs plus touchés que d’autres dans notre MRC. Mais le problème est là. On parle de colonies de chats », a insisté Mme Hudon, qui était accompagnée de plusieurs autres membres de cet organisme.

Ce groupe, qui vient en aide aux chats errants depuis 2016, a déjà rencontré les élus pour connaître leur position. Après plusieurs mois de recherches et de travail, l’organisme a réalisé un document détaillant les différentes solutions pouvant réduire la présence de chats errants sur le territoire. Le document a été remis au maire d’Alma, mardi.

Invité à se prononcer sur le sujet, Marc Asselin a cependant questionné la présence d’une réelle problématique sur le territoire almatois.

« Je n’ai jamais reçu une plainte pour des chats. On m’a déjà parlé des pitbulls, du refuge pour animaux de Mme Bergeron (Ruby). Mais jamais de chats errants. Pourtant, toutes les plaintes se rendent à mon bureau. On me parle par contre de vitesse. Ça, j’en reçois des plaintes », a exprimé le maire.

Ce dernier s’est cependant dit ouvert à analyser les options pour s’occuper des animaux errants. Mais pas avant l’automne, a tranché le maire.

« On peut agir, mais c’est toujours en fonction de l’argent des contribuables et de ce qu’on peut faire de cet argent. Est-ce que les citoyens seraient en accord avec ça ? Les prochains mois sont passablement occupés avec toute l’effervescence estivale. Mais le sujet ne sera pas laissé pour compte », a assuré Marc Asselin, à propos d’une future politique concernant les chats errants.

La pétition déposée mardi comptait quelque 2000 noms. Mais si on exclut les gens vivant à l’extérieur, elle affiche 1200 signatures.