François Tremblay

Trois priorités pour les caquistes régionaux

Les trois députés caquistes nouvellement élus au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont prêts à se lancer. Déjà, la liste de leurs priorités se dessine, avec en son sommet la famille, l’agriculture et le développement régional.

Nouveau député de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Dubuc, François Tremblay s’est fait le porte-parole de ses collègues Andrée Laforest, élue dans Chicoutimi, et Éric Girard, élu dans Lac-Saint-Jean, mardi.

Le nouveau député, qui a obtenu 40,23 % des voix, s’est dit heureux du dénouement des élections qui ne l’a surpris qu’en partie. « Je suis surpris oui et non. Je ne suis pas surpris parce qu’au Québec, habituellement, quand un gouvernement arrive à 15 ou 20 ans de pouvoir, les gens ont le réflexe de voter pour le changement. C’est une soupape de sécurité collective où on s’assure d’avoir de nouvelles personnes au pouvoir. La CAQ avait aussi une plateforme rafraîchissante centrée sur l’économie et une équipe incroyable, estime-t-il. En revanche, je suis surpris puisque les vieux partis ont de grosses machines électorales et la CAQ n’a que six ans », explique-t-il d’emblée.

Le nouvel élu affirme que les députés devront se rencontrer afin d’établir la liste de leurs intentions. Toutefois, il sait déjà que chacun d’entre eux a des priorités distinctes.

François Tremblay compte s’attarder au développement régional. « On se blâme d’avoir mal négocié par le passé les ententes avec les multinationales. Je veux apporter une vigilance au niveau des grands projets afin de m’assurer de prendre des décisions équilibrées. »

Il veut aussi offrir des services de proximité. « Je souhaite avoir un attaché politique qui pourra se déplacer sur le territoire puisqu’il est très éclaté. On veut s’assurer de donner des services de qualité dans les écoles, de redonner la dignité aux aînés. »

Andrée Laforest
Éric Girard

François Tremblay estime que le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, lui-même agriculteur, fera de l’agriculture une priorité. « C’est clair que c’est un dossier phare qu’il va défendre. Il s’intéresse à la relève agricole, à l’aide et à l’accompagnement pour la modernisation des entreprises, à l’agrotourisme », énumère-t-il.

Andrée Laforest devrait quant à elle faire de l’éducation, de la famille et de l’entrepreneuriat des priorités. « Elle risque fort de s’impliquer dans le dossier des garderies et des commissions scolaires. La CAQ souhaite dépister plus rapidement les problèmes d’apprentissage chez les jeunes. »

Quant à savoir si les députés de la région espèrent voir l’un des leurs nommé ministre, François Tremblay préfère ne pas se prononcer. « Le choix revient au premier ministre. Pour l’instant, je suis fier d’être député de Dubuc. C’est le rêve de ma vie professionnelle que je réalise. Le reste, on verra. Je pense qu’on va le savoir rapidement. On nous a déjà avertis de ne pas nous prévoir de vacances prochainement. »

Les députés ont d’ailleurs reçu une liste de parrains. Effectivement, chaque nouveau député sera parrainé par un membre du parti plus familier avec l’Assemblée nationale afin de faciliter la transition. François Tremblay a été jumelé à un Jeannois d’origine, André Lamontagne, député de la CAQ dans Johnson et responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour le cabinet fantôme de la CAQ depuis 2014.