Trois jours sans nouveau cas au Saguenay-Lac-Saint-Jean 

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a enregistré, vendredi, sa troisième journée consécutive sans nouveau cas de COVID-19. Les quelques centaines de tests effectués dans les derniers jours ont tous eu un résultat négatif. Une bonne nouvelle pour la région, selon le directeur de la Santé publique, Dr Donald Aubin, qui ne crie cependant pas victoire. Des tests aléatoires ont permis de constater que quelques personnes atteintes du coronavirus ne présentent aucun symptôme.

« On a en effet quelques cas dans la région de personnes qui n’avaient aucun symptôme et dont le résultat s’est avéré positif. On voit donc que des gens peuvent l’avoir, être porteurs, le transmettre, mais être tout à fait asymptomatiques », prévient Dr Aubin. 

En effet, plus d’une soixantaine de tests par jour sont effectués de façon aléatoire dans les urgences de la région depuis plus d’une semaine. Avec le consentement du patient, qui vient à l’hôpital pour une raison différente que la COVID-19, des tests sont réalisés pour mesurer l’impact du déconfinement progressif. 

Le dernier décès remonte au 6 mai dernier et la région ne compte également aucune hospitalisation et aucun cas en soins intensifs depuis plusieurs jours. Depuis le début de la pandémie, plus de 7000 Jeannois et Saguenéens ont été testés et seulement 317 cas positifs ont été déclarés. 

La situation dans les CHSLD s’est également stabilisée et même grandement améliorée. À titre d’exemple, au CHSLD de la Colline, le pire foyer d’éclosion dans la région, il ne reste que deux cas actifs de la COVID-19. 

« Ce sont des données encourageantes, mais la bataille n’est pas gagnée. Les gens ont parfois l’impression que personne n’est malade, mais c’est un faux de sentiment de sécurité. C’est pourquoi il est important de maintenir notre vigilance, les mesures de distanciation sociale, car on en a encore pour quelques mois », insiste M. Aubin. 

Ce rappel de vigilance n’est pas étranger à l’autorisation des rassemblements de 10 personnes, depuis vendredi. « Il fait beau, donc je suis certain que les gens vont en profiter pour se voir. Mais il faut conserver le deux mètres. Et si on croit être plus près de deux mètres, le couvre visage est fortement conseillé », exprime le directeur de la Santé publique.

« Avec le beau temps et la longueur de l’épidémie, les gens ont une certaine tendance à relâcher. L’idée n’est pas de faire un blâme à la population. Mais il est essentiel de poursuivre nos efforts », ajoute Serge Lavoie, directeur administratif de santé publique.