L'Évêché de Chicoutimi se penchera sur le projet de transformation de l'église Notre-Dame-de-Grâce de Chicoutimi en complexe funéraire dans le cadre de la prochaine réunion de son conseil des affaires cette semaine.

Trois églises en processus de vente

Trois dossiers de vente d'églises sont actuellement entre les mains de l'Évêché de Chicoutimi. Des décisions devraient être prises prochainement dans chacun des cas.
La vente et la transformation de l'église Notre-Dame-de-Grâce en complexe funéraire, le projet d'école de cirque à l'église Christ-Roi et l'acquisition par la municipalité de L'Ascension-de-Notre-Seigneur de l'église du secteur afin d'en faire une salle multifonctionnelle attendent l'aval de l'Évêché pour se concrétiser.
Le conseil des affaires de l'Évêché se penchera sur les dossiers cette semaine. Des développements sont à prévoir prochainement.
«Nous n'avons pas eu de réunion depuis le 10 décembre. Nous en avons une de prévue le 15 avril. Tous les dossiers sont à l'ordre du jour. Ils ont évolué depuis la dernière rencontre», explique Richard Perron, économe du diocèse de Chicoutimi. «Les dossiers sont à l'étude et on peut penser que des décisions se prendront prochainement, mais ce ne sont pas des dossiers qui se règlent rapidement. Tout doit bien être ficelé.»
Les églises appartiennent à chacune des fabriques, mais lorsqu'il y a vente, l'évêque, entouré du conseil des affaires de l'évêché, doit approuver la transaction.
«L'Évêché doit se pencher sur chacun des dossiers afin de protéger les intérêts des fabriques qui sont propriétaires de biens. Les ventes sont faites aux risques et périls des acquéreurs», affirme Richard Perron. «Il faut que ce soit fait sans possibilité de retour de l'acquéreur. Il faut aussi avoir une vision à long terme du projet.»
La procédure veut que les églises à vendre soient d'abord offertes à d'autres confessions religieuses, comme ce fut le cas pour l'église Saint-Marc de La Baie. Ensuite, les projets communautaires sont favorisés. Puis, en dernier lieu, la vente à des promoteurs privés est envisagée.
Depuis 2001, selon l'Éveché, 12 églises ont été complètement fermées au culte.
Quatre autres ont changé de vocation, tout en conservant un espace pour les paroissiens.
«Environ 90% de ces églises étaient en milieu urbain. C'est un phénomène urbain. En milieu rural, l'église est souvent un pilier, le seul lieu d'appartenance encore disponible pour les gens», affirme M. Perron.
Le diocèse de Chicoutimi qui englobe toute la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean regroupe 65 paroisses et compte actuellement 85 lieux de culte.