Trois municipalités du Lac-Saint-Jean sont à la recherche d’une personne pour occuper les fonctions de direction générale. L’affichage de poste est en cours depuis la fin juin pour combler le poste à la municipalité de Saint-Augustin.

Trois DG recherchés au Lac

La pénurie de main-d’oeuvre n’épargne aucun domaine d’emploi alors qu’elle semble même frapper le monde municipal. Depuis quelques semaines, des postes de direction générale sont à combler dans trois municipalités du Lac-Saint-Jean.

Une simple recherche via le site Internet d’Emploi-Québec permet de découvrir trois offres d’emploi pour des postes de direction générale dans les municipalités de Sainte-Hedwidge et Saint-Augustin ainsi qu’à Roberval.

Sans grande surprise, un directeur général est recherché à Roberval à la suite de la démission de Daniel Gauthier. Embauché le 16 mai 2016, il a quitté ses fonctions le 13 juillet dernier.

Raymond Chabot Grant Thornton a obtenu le mandat de trouver le candidat idéal. Selon les informations disponibles sur Emploi-Québec, l’entrée en fonction pour ce poste de cadre permanent est prévue le 30 septembre.

Trente kilomètres plus loin, la municipalité de Sainte-Hedwidge est à la recherche d’une personne pour occuper le poste de directeur général/secrétaire-trésorier. L’entrée en fonction est prévue le 29 septembre. Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, le poste sera pourvu sous peu.

La municipalité de Saint-Augustin est également à la recherche d’un directeur général/secrétaire-trésorier. Le recrutement semble plus difficile dans cette municipalité de 400 citoyens, alors que les premiers affichages du poste remontent au 29 juin. Selon la description du poste, l’entrée en fonction était prévue le 10 septembre. Toutefois, l’offre d’emploi était encore en vigueur à cette date.

Deux de ces mandats de recrutement en milieu municipal ont été confiés à Yan Tremblay, CRHA chez Mallette. Il attribue ces mandats similaires à un concours de circonstances. Toutefois, il confirme ladite pénurie de main-d’œuvre et la volatilité du marché de l’emploi. « C’est plus ardu de trouver des gens. Cela touche tous les domaines, les postes spécialisés et non spécialisés et même les emplois étudiants. Le bassin de candidatures a nettement diminué », explique-t-il.

Celui qui gravite dans le domaine depuis près d’une vingtaine d’années n’a pas souvenir d’autant de postes de direction générale à combler simultanément.

Par ailleurs, un processus de sélection est également en cours afin de trouver la nouvelle personne qui occupera les fonctions de directeur général à la MRC de Maria-Chapedelaine.

Problématique connue
L’Union des municipalités du Québec n’est guère surprise par cette problématique. La tournée du président qui s’est déroulée, à l’échelle provinciale, au courant des dernières semaines a permis aux élus de soulever les différents enjeux découlant de la pénurie de main-d’œuvre. « Ce n’est pas surprenant que la pénurie atteigne les postes de cadres et de gestionnaires. À l’UMQ, nous offrons un service-conseil pour accompagner les municipalités membres dans ce processus. Généralement, ça donne des résultats intéressants. Les postes de DG demandent un profil particulier qui exige des années d’expérience », explique le conseiller aux communications et aux relations médias à l’Union des municipalités du Québec, Patrick Lemieux. Le service Carrefour du capital humain est notamment offert aux membres.