Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les conseillers Marc Pettersen, Éric Simard et Jean-Marc Crevier croient au projet de Coopérative La Solidarité, menée par Sonia Côté de Loge m’entraide.
Les conseillers Marc Pettersen, Éric Simard et Jean-Marc Crevier croient au projet de Coopérative La Solidarité, menée par Sonia Côté de Loge m’entraide.

Trois conseillers appuient Sonia Côté

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Trois conseillers municipaux de Saguenay « donnent » chacun 2000 $ provenant des coffres de la ville, en signe d’appui au projet de la Coopérative d’habitation La Solidarité, mené par Loge m’entraide. Jean-Marc Crevier, Marc Pettersen et Éric Simard estiment que la Ville devrait aussi donner à Sonia Côté les centaines de milliers de dollars en subvention et crédits de taxes pour que cette coopérative de 12 à 24 logements, à Kénogami, se concrétise enfin.

Loge m’entraide, rappelons-le, demande à Saguenay une subvention de près de 700 000 $ et un congé de taxes de 25 ans. Évalué à 2,3 millions $, l’immeuble, également payé en partie par Québec, serait construit à Kénogami, sur un terrain appartenant à la ville ou à un propriétaire privé. L’endroit exact n’a pas été déterminé, mais l’organisation aurait au moins trois choix, dont l’ancien terrain de la Boulangerie Fortin.

« Moi j’y crois. Ça fait longtemps qu’elle le travaille. Je le sais, c’est beaucoup d’argent, mais ça aurait été un bon projet à appuyer par la ville », estime Jean-Marc Crevier, candidat potentiel à la mairie de Saguenay.

Invitée à réagir à la sortie de ses trois collègues, la conseillère Julie Dufour, également présidente du comité de travail sur l’habitation et l’accès au logement, s’est d’abord montrée surprise qu’un échevin de Jonquière publicise un don de 2000 $.

« Des budgets discrétionnaires, dans les villes, ça n’existe pas. C’est voté par l’ensemble des conseillers d’un arrondissement. Dans l’arrondissement Jonquière, du moins, ce n’est plus dans la culture et nos coutumes de publiciser de la sorte des dons », a répondu Mme Dufour, également présidente de l’arrondissement Jonquière. En effet, sur quelque 200 000 $ en dons donnés par les élus de Jonquière, peu ou aucun autre élu n’a fait la promotion d’un « don » provenant des contribuables.

Enjeu électoral

Par ailleurs, l’intérêt « soudain » de Jean-Marc Crevier pour le logement social surprend Mme Dufour, se questionnant sur cette stratégie aux « allures » électoralistes. Sonia Côté a d’ailleurs invité les candidats aux prochaines élections municipales à se prononcer sur ce projet, espérant qu’il devienne un enjeu électoral.

La conseillère Julie Dufour est également présidente du comité de travail sur l’habitation et l’accès au logement.

« L’intérêt récent de M. Crevier sur le logement social est pour le moins surprenant. Récupérer au bond, la demande de l’organisme, sur un coin de table, pour en faire une solution en habitation ne va pas du tout dans le même sens que le plan d’action de la ville qui, pourtant, a été voté par tous, au conseil, il y a à peine six semaines », pointe Julie Dufour.

En effet, Saguenay a récemment adopté un plan d’action pour assurer l’accès à l’habitation à plus de gens possible. Ajouter plus de coopératives financées par le public est-ce la solution ? Ce n’est pas la seule, du moins, rappelle Mme Dufour.

« Notre but est de respecter la capacité de payer de la ville et d’aider le plus de monde possible », a insisté Julie Dufour.

« Plutôt que d’aller à la pièce, avec un projet, il faut mieux coordonner l’accès au logement. Coop, OBNL, HLM, OMH, les bigénérationnels, combler les logements de propriétaires privés, programmes pour les premiers propriétaires; il y a plein de façons pour aider les gens à avoir accès à une habitation. Il faut aussi regarder les quartiers, les services près de ces logements. On n’est pas plus avancé si on fait un projet quelque part où il n’y a pas d’épicerie ou d’arrêt d’autobus tout près », a indiqué la conseillère de Jonquière, précisant qu’un Observatoire de l’habitation est en cours de création pour mieux coordonner et cibler les projets.


« L’intérêt récent de M. Crevier sur le logement social est pour le moins surprenant. Récupérer au bond, la demande de l’organisme, sur un coin de table, pour en faire une solution en habitation ne va pas du tout dans le même sens que le plan d’action de la ville qui, pourtant, a été voté par tous, au conseil, il y a à peine six semaines. »
Julie Dufour

Même s’ils ont voté en faveur de ce plan d’action, les trois conseillers croient que Saguenay doit donner un coup de main au projet de Loge m’entraide.

« Même si la ville a élaboré un plan de soutien pour le logement social, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas trouver des moyens d’appuyer des organismes comme Loge m’entraide, dont la mission et les actions sont d’aider à loger des locataires à faible revenu, des citoyens à part entière de Saguenay », a affirmé le conseiller Éric Simard.

« Je lance le défi à mes collègues conseillers pour qu’en 2021, il y ait 15 dons de 2000 $ en faveur du projet », a pour sa part invité Marc Pettersen.

Jusqu’en 2045, la ville de Saguenay s’est engagée à hauteur de 80 millions $ en divers crédits et subventions pour le logement social. Contrairement aux autres municipalités du Québec, la ville a pris l’habitude d’offrir des crédits de taxes sur 25 ans. La moyenne provinciale se situe autour de 15 ans et certaines villes n’en font pas, dont Québec.

Dons

Jusqu’à ce jour, Loge m’entraide a amassé 247 000 $ pour son projet La Solidarité. L’organisme a besoin de 910 000 $ pour lancer la construction. Québec, selon Sonia Côté, devrait contribuer à hauteur de près d’un million $ de dollars, via le programme Accès Logis. Les quelques centaines de milliers de dollars manquants seront obtenus par une hypothèque, qui sera ensuite sous la responsabilité de la Coopérative, détenue par les locataires de l’endroit.

Dans ce projet-ci, Loge m’entraide vise à combler 80% des logements par des gens à faible revenu. Les autres logements peuvent être occupés par des gens à moyen ou plus haut revenu, favorisant ainsi la mixité sociale.