Dany Labrecque
Dany Labrecque

Trois ans de pénitencier pour s’être introduit chez des aînés

Le voleur de personnes âgées Dany Labrecque a écopé d’une peine de trois ans de pénitencier pour quatre introductions par effraction et cinq tentatives d’introduction dans des résidences pour aînés, commises l’été dernier. Si on soustrait le temps préventif, l’individu aux nombreux antécédents judiciaires en semblable matière a pris le chemin des cellules, où il passera les 29 prochains mois.

Le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a rendu sa décision, jeudi matin, au Palais de justice de Chicoutimi. Il a affirmé que l’accusé s’en était pris à des personnes vulnérables et qu’il n’était pas soucieux du tort qu’il avait pu causer.

En juillet 2019, Dany Labrecque s’était introduit par la porte d’entrée du logement d’une résidence pour aînés de Chicoutimi. La dame qui y réside était dans son appartement. 

Alarmée par le bruit, la dame en question avait surpris le voleur littéralement la main dans le sac, puisque ce dernier tenait la bourse de la victime.

Labrecque s’était excusé avant de repartir la tête basse. Il serait toutefois reparti avec une carte de crédit. La dame avait souffert d’un choc nerveux.

Dans la même journée, un deuxième locataire de la même résidence avait reçu la visite de Labrecque. Dès que l’accusé s’est présenté dans ce second logement, l’homme qui l’habitait l’a tout de suite interpellé. Labrecque est reparti, sans rien voler cette fois.

Quelques semaines plus tôt, soit en mai 2019, Labrecque avait tenté le même manège, cette fois dans une résidence pour personnes âgées d’Alma. Il avait tâté cinq portes, mais il était reparti sans réussir à s’y introduire. Il avait été capté par les caméras de surveillance et l’enquête des introductions de Chicoutimi avait permis de le lier aux deux crimes. 

L’homme, qui a admis sa culpabilité, avait été cueilli à son domicile le 31 juillet. Il était détenu depuis ce temps. 

La Couronne demandait quatre ans de pénitencier, alors que la défense avait plaidé 18 mois de détention. 

Le juge Paul Guimond a finalement décidé d’envoyer l’accusé trois ans derrière les barreaux, mais étant donné qu’il était détenu depuis l’été dernier, il ne lui reste que 29 mois et 10 jours à purger. 

La procureure de la poursuite, Me Marianne Girard, a déclaré qu’il s’agissait d’une peine juste, compte tenu du parcours de criminel de l’individu de 48 ans. La procureure a également souligné que les récidivistes devaient être punis par des peines sévères. 

Pour expliquer sa décision, le juge a retenu les antécédents judiciaires de l’accusé, mais surtout que ses crimes avaient été perpétrés à l’égard de personnes vulnérables. « Nous devons protéger la société par l’infliction de peines justes », a déclaré le juge Guimond, ajoutant toutefois que l’accusé avait accepté de plaider coupable et qu’il avait présenté des remords sincères. 

L’accusé a accepté sa sentence sans broncher. 

Antécédents

Dany Labrecque n’en est pas à sa première peine de pénitencier pour des introductions commises dans des résidences de personnes âgées

En 2010, il avait écopé de 33 mois de pénitencier pour 25 introductions et en 1996, il avait plaidé coupable à 16 chefs d’accusation de même matière. 

À cette époque, Dany Labrecque était préposé aux bénéficiaires dans des résidences pour aînés.