Traverses piétonnières: encore du chemin à faire

Si les automobilistes semblent plus sensibilisés à l’importance de céder le passage aux piétons, Guillaume Leclair ne voit malheureusement pas de résultats marquants.

Jusqu’au 31 octobre, le Service de police de Saguenay (SPS), la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et le comité consultatif du plan d’action favorisant l’intégration des personnes handicapées (PAIPH) tiennent la première édition de la campagne de sensibilisation et d’éducation aux traverses piétonnes avec le slogan : « Au passage, pensez-y ! »

Mais pour le piéton Guillaume Leclair, la réalité est tout autre. Il lui arrive encore fréquemment de voir des véhicules passer près de lui à une bonne vitesse et sans lui céder le passage.

Il y a 11 ans, Guillaume Leclair a été happé par une voiture.

Et le jeune Baieriverain sait de quoi il parle. Il a été victime, il y a 11 ans, d’un grave accident à l’intersection du boulevard de la Grande-Baie Nord et de la rue Bagot, à La Baie.

« J’ai voulu traverser l’intersection. J’ai regardé, j’ai cru que j’avais le temps et que tout était beau. Mais une conductrice, qui montait sur le boulevard Grande-Baie, ne m’a pas vu. Les policiers m’ont expliqué qu’il est très difficile de voir si quelqu’un est sur le chemin à cet endroit », explique Guillaume Leclair.

« J’ai été frappé et j’ai volé à 18 pieds dans les airs, du moins c’est ce que la police m’a dit. J’ai eu huit opérations et j’ai eu un traumatisme crânien à la suite de l’impact », raconte le jeune homme, qui a perdu beaucoup de force dans son bras droit.

Questionné à savoir si les choses s’étaient améliorées au fil des années, Guillaume Leclair, âgé de 27 ans, estime que non. Son regard et sa mimique veulent tout dire.

« Pantoute. C’est arrivé plusieurs fois où j’ai dû faire attention. Il n’y a pas grand-chose qui s’est amélioré au fil des années. Moi, je ne trouve pas », dit-il.

Le jeune homme souhaite que les automobilistes prennent garde aux piétons et qu’ils n’aient pas peur de céder le passage.

Selon lui, tout le monde arrivera à Noël en même temps.

Guillaume espère qu’il y aura de la prudence, car les conséquences peuvent être majeures pour les victimes.

« Il y a des séquelles. Ma main droite fonctionnait très bien avant. Aujourd’hui, c’est plus difficile. Elle marche encore, mais pas beaucoup.

« C’est aussi plus difficile pour conserver mes amis. Cet accident m’a laissé des séquelles physiques, mais aussi sur le plan moral », conclut le jeune homme, qui affiche tout de même un large sourire.

Statistiques

Bruno Cormier, porte-parole du SPS, a mentionné que le service de police a dénombré quatre accidents graves en 2017 impliquant un piéton et une voiture, et 24 accidents légers.

En 2018, en date du 15 octobre, les policiers sont intervenus sur 23 accidents légers.

Au Québec, la SAAQ a enregistré 11 pour cent plus de décès chez les piétons en 2016-2017 et une hausse de 25 pour cent au cours des cinq dernières années.

Bruno Cormier, du Service de police de Saguenay, a souligné l’initiative de l’Association des personnes handicapées physiques et intellectuelles.

+

LES POLICIERS SERONT VIGILANTS

Les automobilistes et les piétons devront faire preuve de prudence, car les policiers du Service de police de Saguenay (SPS) seront encore plus vigilants afin d’assurer la sécurité de tous.

Jusqu’au 31 octobre, la campagne de sensibilisation et d’éducation aux traverses piétonnes s’adressera aux automobilistes et aux piétons.

« Nous voulons informer et éduquer les usagers de la route aux bons comportements à adopter à l’approche d’une traverse piétonne. Il y a deux volets à la campagne : un de sensibilisation et d’éducation, et un de prévention et de répression », mentionne Kevin Armstrong, président de la Commission de la sécurité publique de Saguenay.

Ainsi, les policiers de Saguenay feront des interventions dans des écoles, à Place du Royaume et à la Grande marche du Grand défi Pierre Lavoie. 

Ils verront surtout à sensibiliser les gens à l’importance de la sécurité aux abords des traverses de piétons. 

« L’initiative est venue de l’Association des personnes handicapées physiques et intellectuelles qui cherchait à sensibiliser l’ensemble de la population. Nous voulons faire connaître que c’est la responsabilité des automobilistes, cyclistes et piétons d’y voir », note Bruno Cormier, porte-parole du SPS.

Julie Gagnon, conseillère en sécurité routière à la SAAQ du Saguenay–Lac-Saint-Jean, précise que le mois d’octobre n’a pas été choisi au hasard.

« C’est le mois des piétons, mais ce n’est pas festif. Environ 33 pour cent des accidents ont lieu entre 16 h et 20 h, en automne, moment où les gens sont moins visibles et que la luminosité a diminué. Il faut augmenter la visibilité des piétons et il faut être plus attentif sur la route », ajoute-t-elle.

Des amendes pourront être données aux fautifs (100 $ pour les automobilistes, 80 $ pour les cyclistes et 15 $ pour les piétons).