Le maire Marc Asselin a souligné que le nouveau programme d’aide financière à la voirie locale (PAVL) n’a pas permis d’obtenir davantage d’aide financière pour les routes priorisées par le PIIRL.

Travaux routiers: Alma demande plus de crédits au MTQ

Le conseil municipal d’Alma dénonce le remplacement du programme d’aide financière au redressement des infrastructures routières locales par le programme d’aide financière à la voirie locale (PAVL) et l’absence d’une aide financière qui s’y rattache. Les élus demandent au ministre des Transports, François Bonnardel, et à son ministère d’ajouter des crédits au programme afin de permettre aux municipalités d’obtenir de l’aide financière et de procéder aux travaux sur les routes priorisées.

Les membres du conseil municipal almatois ont tenu, lundi, à transmettre une copie de la résolution au premier ministre, François Legault, à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région, Andrée Laforest, au député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, ainsi qu’à la quinzaine de municipalités de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est.

Rappelons que les élus de la MRC ont adopté, l’an dernier, un plan d’intervention en infrastructures routières locales (PIIRL) pour les municipalités du secteur. Ils ont priorisé des interventions sur le quart du réseau routier comme le voulaient les caractéristiques du plan. Celui-ci devait permettre d’obtenir du financement provenant du ministère des Transports du Québec.

Devant l’absence de sommes suffisantes pour les municipalités québécoises, le programme d’aide financière au redressement des infrastructures routières locales a été remplacé par le programme d’aide financière à la voirie locale (PAVL).

La résolution adoptée lundi soir souligne « qu’aucune municipalité de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est n’a obtenu d’aide financière pour la réfection de tronçons de route priorisés dans le cadre du PIIRL ».

« Le PIIRL se transforme en PAVL, et pas d’argent pareil », a mentionné le maire d’Alma, Marc Asselin.

La résolution rappelle que le coût des travaux devra être revu à la hausse et que les municipalités devront réaliser les travaux sur le réseau routier malgré l’absence d’aide financière. Ainsi, le conseil municipal réclame l’ajout de crédits au programme d’aide financière à la voirie locale (PAVL) afin d’assurer la réfection des routes priorisées par le PIIRL.