Travaux majeurs à l'école Notre-Dame de Roberval

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Plus de 1500 mètres cubes de sols contaminés par d’anciennes fuites de mazout devront être excavés au cours de l’été prochain à l’école primaire Notre-Dame, à Roberval. Des terrains du siège social Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets (CSSPB) doivent aussi être décontaminés.

« L’école a été construite sur un ancien dépotoir ou l’on réparait des bateaux », explique d’emblée le directeur général du Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets, Sylvain Ouellet.

C’est une étude réalisée en 2012 qui avait attesté que des contaminants se trouvaient dans le sol, à proximité d’un ancien réservoir de mazout qui a déjà été retiré du sol, explique ce dernier.

L’étude, qui s’est étendue jusqu’en 2018, a permis d’identifier où se trouvent les contaminants et quelle quantité de sols doit être excavée. « On sait qu’il y a 370 mètres cubes de sols qui doivent être excavés à l’extérieur du bâtiment, dans la cour arrière, atteste Sylvain Ouellet. On devra aussi retirer 700 mètres cubes de matériel qui se trouve surtout en dessous du gymnase et à proximité du lac. »

Creuser sous une école qui a été bâtie il y a plus de 100 ans n’est pas une tâche facile et, d’après les conseils professionnels reçus, le directeur général s’attend à avoir de mauvaises surprises en faisant les travaux d’excavation. « On a déjà un problème d’égouts, parce que nos infrastructures sont plus basses que celles de la ville », dit-il.

Des travaux majeurs doivent donc être faits, et la pause estivale ne sera pas suffisante pour exécuter les travaux, souligne Sylvain Ouellet, d’autant plus qu’avec les surprises attendues, le chantier pourrait prendre encore plus de temps.

Le problème, c’est que l’école se retrouve en plein centre-ville, en bordure du lac Saint-Jean, juste à côté de la marina de Roberval, ou l’on trouve également la Caisse Desjardins et une succursale de la Banque Nationale. « Tout est serré dans ce coin-là », remarque Sylvain Ouellet.

Les travaux sont si complexes que le chantier est repoussé d’année en année depuis trois ans, notamment pour ne pas nuire aux activités estivales. Selon Sylvain Ouellet, les travaux devront se prolonger après le début des classes le 25 août. Malgré la difficulté du chantier, les travaux doivent se faire pour assurer la sécurité du site et le respect des normes environnementales. L’appel d’offres pour trouver une entreprise spécialisée pour ce mandat sera lancé prochainement.

Selon les prévisions, les travaux devraient couter un peu plus d’un million de dollars.

Une nouvelle direction générale en 2021

Après cinq ans à la tête du Centre de services scolaire du Pays-des-Bleuets (anciennement la Commission scolaire), Sylvain Ouellet prendra sa retraite au printemps prochain. Ce dernier avait pensé devancer sa retraite à juin 2020, mais il a révisé sa décision afin d’épauler son équipe à se préparer pour la pandémie. L’affichage du poste pour trouver une nouvelle ressource pour diriger le CSSPB est en vigueur jusqu’au 30 novembre et le conseil d’administration espère qu’elle sera en poste à la fin janvier ou au début février. Sylvain Ouellet pourra alors accompagner la direction générale avant de prendre sa retraite à l’échéance de son contrat, le 6 mai.