Réunis en assemblée générale, les 65 chauffeurs d’autobus présents du Syndicat du transport scolaire couvrant le territoire de Jonquière ont accordé un mandat de grève à 100 %.

Transport scolaire à Jonquière: mandat de grève accordé à l'unanimité

À l’instar de leurs collègues de Chicoutimi, les 65 chauffeurs d’autobus scolaires de Jonquière membres du Syndicat du transport scolaire du Saguenay (STSS- CSN) ont accordé à l’unanimité à leur exécutif syndical un mandat pour déclencher la grève générale illimitée au moment jugé opportun.

Les chauffeurs des firmes Intercar et Interbus, œuvrant sur le territoire de la Commission scolaire de la Jonquière, étaient réunis lundi matin, pour élever d’un cran la pression et faire avancer la négociation qui piétine sur la question monétaire, a expliqué Rémi Fortin, président du STSS-CSN. Six séances de négociations ont permis de régler l’aspect normatif de la convention collective.

Immédiatement après le dévoilement des résultats, Donald Simard, l’un des 65 syndiqués présents, s’est montré satisfait du vote de ses collègues. « On se dirige vers le respect. On pratique un métier respectable et qui est exigeant. Tout se résume au respect », a déclaré brièvement M. Simard.

Selon M. Fortin, la pression syndicale doit être faite sur le gouvernement provincial qui exerce le contrôle sur les enveloppes monétaires distribuées aux commissions scolaires qui, elles, accordent des contrats à des sous-traitants. Malgré tout, le syndicat prétend que les employeurs peuvent faire un bout avec les montants qu’ils reçoivent.

Selon lui, à défaut pour le gouvernement de bouger, la situation risque de brasser d’ici la fin de l’année scolaire à l’échelle provinciale puisque les 62 syndicats affiliés à la CSN, qui regroupent 3000 chauffeurs d’autobus scolaires, se prononceront sur un vote de grève. L’approche de l’élection provinciale et la nécessité de revaloriser le métier de chauffeur d’autobus scolaire font partie de la présente négociation.

Dans ce domaine comme ailleurs, une pénurie de main-d’œuvre existe et les chauffeurs d’autobus scolaires se font de plus en plus vieillissants, explique M. Fortin, en raison du fait qu’ils ne disposent pas d’un fonds de pension intéressant. Il précise que l’un de ses membres est âgé de 77 ans et conduit des autobus depuis 55 ans. « Les plus jeunes membres ont 40 ans et il n’y a pas de relève », affirme M. Fortin.

Présent à l’assemblée générale, Engelbert Cottenoir, président du Conseil central régional de la CSN, a répété qu’il était nécessaire que Québec assure le financement du transport scolaire en attribuant des enveloppes fermées et dédiées à ce poste.

Tragédie de Humbolt

La tragédie de Humboldt qui a causé la mort vendredi de 15 personnes, dont une majorité de jeunes joueurs de hockey junior, a été l’occasion pour les chauffeurs réunis en assemblée générale de tenir une minute de silence en mémoire des blessés et disparus. M. Fortin a mentionné que l’accident a fait l’objet de plusieurs discussions parmi ses membres.