Les voyageurs qui prendront un vol à partir de Bagotville en destination d’une autre région québécoise pourront obtenir un remboursement de 30 pour cent sur le prix de leur billet.

Transport aérien régional: les mesures effectives

Les trois nouvelles mesures visant à venir en aide au transport régional aérien ont officiellement pris forme vendredi, lorsque la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, en a fait l’annonce en conférence de presse, vendredi, à l’aéroport Michel-Pouliot de Gaspé.

Le dévoilement du Programme de réduction des tarifs aériens (PRTA), du Programme d’aide québécois pour les infrastructures aéroportuaires régionales (PAQIAR) et du groupe de travail permanent était à l’ordre du jour. Ce groupe, composé de 19 personnes issues du milieu des affaires, du tourisme, du transport aérien et du secteur municipal, veillera notamment à ce que les mesures annoncées soient bel et bien mises en application par le gouvernement.

Les mesures avaient été dévoilées lors du Sommet sur le transport aérien régional, en février, mais elles sont maintenant effectives.

Le PRTA est celui qui risque d’avoir le plus d’impact sur le porte-feuille des voyageurs et sur l’achalandage dans les aéroports.

Pour les communautés du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord et de l’Abitibi-Témiscamingue, c’est-à-dire celles reliées au réseau routier, un remboursement de l’ordre de 30 pour cent du prix d’un billet est disponible, jusqu’à un maximum de 500 $ par année. L’itinéraire doit être complètement effectué au Québec, à l’exception des aéroports frontaliers de Wabush, Ottawa, Deer Lake et Charlo. Tous les billets d’avion achetés depuis le 1er avril 2018 sont admissibles au programme.

L’Union des municipalités du Québec (UMQ), qui travaille sur le dossier depuis plusieurs mois, voit cette annonce comme une excellente nouvelle pour les régions du Québec. Son 2e vice-président et maire de Gaspé, Daniel Côté, s’est montré ravi de la rapidité d’exécution du gouvernement provincial.

«Le gouvernement du Québec démontre qu’il perçoit que le développement du transport aérien est un vecteur de croissance économique dans les régions. Il va rester au fédéral à faire sa part», a témoigné M. Côté au cours d’un entretien téléphonique.

Le premier citoyen de Gaspé est d’avis que le Programme de réduction des tarifs aériens a le potentiel d’encourager les citoyens de régions éloignées à prendre davantage l’avion.

«S’il y a plus d’achalandage dans nos aéroports, ça devrait attirer davantage de concurrence et s’il y a de la concurrence, ça devrait inévitablement amener une baisse du prix du billet d’avion, a prédit Daniel Côté. Il faut créer de la demande et il faut encourager les gens à prendre l’avion. À Gaspé, je peux vous dire qu’il va y avoir une promotion du Programme de réduction des tarifs aériens.»

Pour ce qui est du Programme d’aide québécois pour les infrastructures aéroportuaires régionales, il est doté d’une enveloppe budgétaire de 100 M$ et il est en vigueur jusqu’au 31 mars 2022.

Daniel Côté s’attend à ce que d’autres modalités soient annoncées d’ici le mois de septembre, et elles devraient toucher le volet des dessertes aériennes et du développement économique.