François Legault est confiant de remporter toutes les circonscriptions du Saguenay-Lac-Jean lors des prochaines élections. Il pose ici en compagnie des candidats de la région, Éric Girard et François Tremblay, ainsi qu’avec le préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard.

Tournée profitable pour Legault

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, entend bien ravir toutes les circonscriptions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, lors des prochaines élections, et se dit encouragé de son séjour chez nous. En rencontre avec la Table régionale des élus (TRÉ), mercredi matin, le chef de parti a aussi pu se familiariser avec les principaux enjeux de la région.

Somme toute, l’opération séduction de M. Legault dans la région s’est avérée positive pour le caquiste, lui qui entend bien profiter de l’aspect davantage économique que souverainiste que semblent prendre les élections provinciales à venir. Dans les sondages, on lui prédit quatre des cinq circonscriptions, mais ce dernier pousse l’audace jusqu’à avancer qu’il pense sincèrement pouvoir s’emparer de l’ensemble.

« Nous avons des candidats exceptionnels avec Éric Girard et François Tremblay et je reviendrai dans les semaines à venir pour annoncer les trois autres candidats. Les experts s’entendent pour dire que le choix des candidats ne compte que pour 5 % dans les résultats, le reste reposant sur le programme et le chef de parti. En ce moment, les gens présentent une volonté de changement, ce qu’ils ne trouveront pas chez les libéraux, et personne ne veut parler de souveraineté, ce qui fait mal au Parti québécois, mais représente pour nous une excellente opportunité d’aller chercher des voix », raconte M. Legault.

Questionné quant à la nouvelle offensive du Parti libéral où les jeunes partisans y vont de moqueries à l’égard de M. Legault en lien avec son âge, le politicien pense qu’il s’agit davantage d’une campagne lancée dans un moment de panique des libéraux puisque malgré le fait qu’il soit dans le domaine de la politique depuis près de 20 ans, « il n’a jamais eu l’opportunité de devenir premier ministre comme son homologue Philippe Couillard qui a, lui aussi, 61 ans. Je ne m’en inquiète pas le moins du monde », raconte-t-il au Quotidien.

Enjeux régionaux
Malgré un objectif politique marqué, François Legault ne se cache pas d’être venu dans la région principalement pour rencontrer les travailleurs de l’aluminium. Il souhaite d’ailleurs à ce sujet que le gouvernement québécois s’implique davantage dans le dossier des tarifs douaniers américains, puisque l’octroi de prêts aux entrepreneurs dans le secteur « ne sert à rien. » « Présentement, ils ont accès à des prêts qu’ils devront rembourser un jour ou l’autre, mais ils ne sont pas plus avancés. Le gouvernement doit aider dans la diversification des marchés pour aider les transformateurs de l’aluminium à exporter ailleurs qu’aux États-Unis, ne serait-ce qu’en Asie ou en Europe, par exemple », met-il en lumière.

Un autre défi de taille pour les habitants de la région consiste à la création d’emplois pour augmenter le salaire moyen des gens de la région. En ce sens, M. Legault entend bien appuyer le projet de Port Saguenay et espère pouvoir être en mesure d’accélérer le processus.

« Les emplois les plus payants, ce ne sont pas dans l’industrie du service ou du tourisme, ce sont des emplois manufacturiers. Le Port de Saguenay permettrait la création de milliers d’emplois dans la région, ce qui ne peut être que bénéfique. Les terrains de la région offrent une opportunité exceptionnelle d’attirer des manufacturiers et nous devons en prendre avantage », continue M. Legault.

Finalement, en ce qui a trait au domaine de l’éducation, le chef de la Coalition avenir Québec a fait part de son intention d’instaurer un programme de prématernelle gratuit pour tous, et ce, dès l’âge de quatre ans. Une approche qui permettrait, à son avis, de dépister plus rapidement les problèmes d’apprentissage chez les enfants et donc mieux les encadrer à leur arrivée dans les écoles avec des services et des professionnels spécialisés en la matière. « Nous devrions prendre exemple sur l’Ontario qui, depuis la mise en place d’une prématernelle à quatre ans, affiche un taux de diplômés de 86 % comparativement au Québec qui n’obtient qu’un mince 76 %. En ce moment, un jeune sur quatre abandonne les cours avant même d’avoir obtenu son diplôme, c’est beaucoup trop ! », s’est exprimé à ce sujet M. Legault.

Il a d’ailleurs profité de la diversion pour promettre de se pencher sur le dossier des taxes scolaires où les Saguenéens paient jusqu’à trois fois le prix demandé au reste du Québec, une situation qu’il qualifie « d’aberrante et de complètement inacceptable. »

François Legault pose en compagnie des candidats Éric Girard et François Tremblay, ainsi que des préfets de la Table régionale des élus Saguenay-Lac-Saint-Jean.

+

RENCONTRE POSITIVE AVEC LA TABLE RÉGIONALE DES ÉLUS

Les membres de la Table régionale des élus (TRÉ), regroupant les politiciens de la MRC du Fjord-du-Saguenay, de Lac-Saint-Jean-Est, du Domaine-du-Roy, de Maria-Chapdelaine et de Saguenay, ont rencontré le chef de la Coalition avenir Québec pour discuter des dossiers prioritaires de la région, tout comme ils l’avaient fait avec Philippe Couillard en février dernier.

Réunis à Alma mercredi matin, tant M. Legault que le préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay et maire de Bégin, Gérald Savard, se sont dits satisfaits des échanges en lien avec le développement économique de la région.

« Globalement, nous sommes satisfaits du soutien de M. Legault envers chacun des dossiers abordés avec lui. Nous en avons aussi profité pour lui demander ce que représentaient pour lui les MRC. Il nous a d’ailleurs assurés qu’elles représentaient pour lui un outil plus que bénéfique pour le développement économique de la province », rapporte M. Savard.

Les quatre mêmes priorités abordées avec M. Couillard ont été discutées à leur tour avec M. Legault, à savoir l’accès à la téléphonie cellulaire et à Internet haute vitesse, le prolongement du réseau de gaz naturel de Saguenay à Dolbeau-Mistassini, l’autoroute reliant Alma et La Baie, ainsi que la mise en place d’une voie ferroviaire reliant Chibougamau à Port Saguenay.

La Table régionale des élus s’étant donné pour objectif de discuter de ces quatre enjeux de taille avec chacun des chefs de parti, M. Savard entend bien aborder le sujet avec Jean-François Lisée dans les prochaines semaines.