Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’équipe de Totema Studio souhaite montrer que les technologies peuvent aussi servir à rapprocher physiquement les gens.
L’équipe de Totema Studio souhaite montrer que les technologies peuvent aussi servir à rapprocher physiquement les gens.

Totema Studio sort un premier jeu vidéo sur console 100 % régional

Solveig Beaupuy
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Zombiotik , un nouveau jeu intuitif et produit par le studio de jeux vidéo saguenéen Totema Studio, sera pour la première fois disponible partout dans le monde sur les boutiques en ligne des consoles Nintendo Switch, Xbox et PlayStation, à partir de vendredi 11 juin. Adapté pour les familles, les jeunes et les moins jeunes, il se joue en multijoueur local jusqu’à huit personnes, afin de favoriser le partage.

Ironie du sort, l’action prend place dans un monde en pleine pandémie, causée par un yogourt avarié. « On voulait déterminer comment avait été infecté le premier zombie, et on s’est dit que les probiotiques dans le yogourt étaient devenus des Zombiotik, d’où le nom », explique le cofondateur de Totema Studio, Samuel Taillon.

Le principe est simple : dans une pluralité de mondes, il faut transformer tous les humains en zombies dans une course poursuite effrénée, sur le principe du jeu du chat. Une fois que tout le monde a revêtu l’allure d’un mort-vivant, la partie est terminée. « Le jeu a un rythme rapide qui donne envie de faire une partie et d’en refaire une autre », soutient Samuel Taillon.

Le but du jeu pour la personne qui joue le zombie est d’attraper tous les humains pour gagner. Si un humain est touché par un zombie, il devient zombie à son tour et doit attraper les autre joueurs.

Le studio de jeux vidéo indépendant Totema Studio travaille sur la conception du jeu depuis 2015, si bien qu’une version existe déjà sur l’ordinateur. Mais c’est en voyant l’engouement et l’amusement générés par son jeu à la suite d’une convention de jeux vidéo à Boston que l’entreprise saguenéenne a décidé de l’adapter sur console. Zombiotik sera d’ailleurs le premier jeu 100 % régional à sortir sur la Nintendo Switch. « C’est un peu un rêve d’enfant pour un développeur », réalise le cofondateur.

L’équipe du studio, qui travaille pour le plaisir sur ce jeu et qui n’est pas rémunérée, a à cœur de montrer que les technologies peuvent aussi servir à rapprocher physiquement les gens. « On a eu vraiment une belle réponse, les gens criaient et se levaient sur leurs sièges quand il y avait de l’excitation. Ils se laissaient prendre au jeu », se réjouit Samuel Taillon.

Le cofondateur du studio se plaît à comparer son labeur à celui de la fabrication de bières, une image qui montre l’étendue du travail qu’il reste à accomplir pour commercialiser le jeu. « J’aime bien comparer la conception et la distribution d’un jeu vidéo à celle d’une bière artisanale : entre une bière faite maison par une amie dans son sous-sol et cette même bière sur les comptoirs d’épicerie ; il y a énormément de travail », confie Samuel Taillon.

Avec son univers coloré et ses personnages stylisés un peu à la Minecraft, le jeu est adapté pour tous les âges et fera bouger petits et grands.