Top Aces loue le hangar de Promotion Saguenay à côté du terminal civil de Bagotville pour entrenir sa flotte d’Alpha Jet.

Top Aces signe avec l’US Air Force

« L’important contrat avec l’US Air Force pour lequel on s’est qualifié après plusieurs années de travail, je suis convaincu qu’on le doit à ce qu’on a fait au Canada, à notre base principale de Bagotville. »

Le gestionnaire des opérations de Top Aces, Didier Toussaint, savoure le fruit de 15 années d’efforts amorcées en 2005 lorsque l’entreprise qu’il a cofondée a signé son premier contrat avec l’Aviation royale canadienne pour l’entraînement des pilotes de CF-18 avec sa flotte d’Alpha Jet. Son entreprise vient d’être choisie, avec d’autres fournisseurs de services, pour « jouer l’ennemi » pour l’entraînement des pilotes de chasse américains.

Didier Toussaint, gestionnaire des opérations de Top Aces.

« Notre premier défi, ce fut de convaincre l’armée de l’air américaine que le modèle développé au Canada était efficace et bénéfique et je suis content qu’elle l’ait compris. Nous sommes des pionniers et Bagotville est notre lieu de fondation. On y a fait la démonstration de notre sécurité et notre fiabilité et on y a établi un standard que l’on peut exporter », ajoute l’ancien pilote de chasse qui a passé une partie de sa carrière au Saguenay.

Top Aces offre une flotte d’avions qui sert d’ennemis aux pilotes de CF-18 canadiens. Cela permet à la Défense nationale de réaliser des économies puisqu’elle n’a pas besoin d’utiliser ses CF-18 pour jouer le rôle d’adversaires dans une bonne partie de ses vols d’entraînement. Jusqu’à maintenant, l’entreprise privée utilisait des Alpha Jet, un petit avion militaire européen qu’elle a décommissionné pour les exploiter commercialement partout dans le monde.

Top Aces a acquis une flotte de chasseurs F-16 pour offrir une meilleure opposition aux pilotes de l’OTAN en entraînement.

Mais pour son contrat américain, elle disposera désormais de chasseurs F-16. Elle sera la seule entreprise au monde à exploiter commercialement le chasseur fabriqué par Lockheed Martin. « Là, on entre dans une autre catégorie. Le F-16 est un avion supersonique de quatrième génération (comme le F-18) qu’on peut équiper de systèmes qui en font un avion de quatrième génération plus. Il est capable d’offrir de meilleurs adversaires aux pilotes de l’US Air Force », explique Didier Toussaint.

Top Aces a acquis, il y a quelques années, 29 chasseurs F-16 d’Israël, un pays allié membre de l’OTAN, après avoir obtenu les accords nécessaires du State Department (Département d’État américain). Ses pilotes devraient être déployés, selon les appels d’offres, dans 12 bases pour lesquelles Top Aces est en compétition avec d’autres compagnies offrant aussi des services avancés pour l’entraînement des pilotes. Un projet pour lequel l’US Air Force consacre 6,4 milliards de dollars.

DES F-16 À BAGOTVILLE ?

Si le gouvernement canadien le souhaite, Top Aces pourrait implanter une flotte de F-16 à Bagotville dans deux ans.

« Pour l’instant, le Canada doit souvent utiliser des CF-18 pour jouer le rôle d’adversaire. Mais le F-16 coûtera moins cher et dans le contrat qui nous a été accordé (en novembre 2017) jusqu’en 2031, il y a une réserve pour de futurs développements », explique Didier Toussaint.

Lors d’un combat, dans le jargon des pilotes de chasse, on parle de « Blue Air » et de « Red Air ». Les Blue Air sont les gentils, et les Red Air les méchants. La plupart du temps, les Red Air simulent des tactiques russes ou chinoises, mais pour ça, ça prend des avions très performants. C’est pourquoi il faut parfois utiliser des CF-18 pour les deux camps.

« Avec des F-16, les pilotes canadiens pourraient se concentrer sur leur vraie mission, le Blue Air. Le Red Air serait seulement fait par nous. »

Selon Didier Toussaint, le synchronisme serait excellent, car le Canada prendra bientôt possession de la nouvelle flotte d’appareils destinés à remplacer les CF-18 « et les pilotes canadiens vont devoir se consacrer à l’apprentissage de leur nouvel avion ».

Plus performant

Sans présumer du choix que fera le Canada entre le F-35, le Gripen ou le Typhoon, celui-ci souligne que grâce à son agilité et aux systèmes de combats embarqués, le F-16 de Top Aces sera l’avion sous contrat qui offrira la meilleure opposition aux F-35 lors des missions d’entraînement avec l’USAF. Il n’y a aucun doute que ça pourrait être un avion de choix pour participer à l’entraînement des pilotes de Cold Lake et de Bagotville, peu importe le futur chasseur canadien.

Cela signifie aussi qu’il faudra faire de la place, car les hangars qui sont loués à Promotion Saguenay, près du terminal civil, et à Proco, au seuil de la piste 29, sont utilisés à pleine capacité. La compagnie songe-t-elle à louer plus d’espace ou aménager sa propre bâtisse ? 

« Nous sommes en discussions et nous les (Promotion Saguenay) tenons au courant de nos besoins », précise Didier Toussaint.

Quant aux besoins de main-d’œuvre, ça va assez bien pour la division maintenance. La révision périodique des Alpha Jet et la remise à neuf des moteurs se font en grande partie à Bagotville.

Les pilotes sont aussi une denrée rare et Top Aces reste à l’affût de ceux qui prennent leur retraite des Forces pour leur offrir une alternative aux lignes aériennes.