Les deux équipes devaient tirer sur une distance de 20 mètres un CF-18 pesant 18 700 kilogrammes.

Tir de CF-18: Stéphane Bédard bat Hugo Girard

C’est maintenant officiel. Stéphane Bédard (et son équipe de Centraide) est plus fort que Hugo Girard (et l’équipe du commandant de la Base de Bagotville)!

La scène se déroulait lors de la traditionnelle activité de tir à la corde d’un CF-18 organisée au profit de Centraide Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’événement a permis d’amasser 13 000 $, grâce aux 21 équipes civiles et 13 équipes militaires. 

En ouverture du concours qui se déroulait dans un hangar, l’équipe de Centraide affrontait celle du commandant de la 3e Escadre, William Radiff. Ce dernier avait mis le paquet en recrutant l’homme fort Hugo Girard. Les deux équipes devaient tirer sur une distance de 20 mètres l’appareil de 18 700 kilogrammes. À la surprise générale, Centraide a relevé l’exploit en 20,94 secondes contre 21,03 pour les représentants du plus haut gradé des lieux. « J’avais une superbe équipe », a d’abord témoigné l’ancien député péquiste de Chicoutimi et coprésident de la campagne 2017 de Centraide, Stéphane Bédard. « Mais les vrais gagnants, ce sont les 80 000 personnes qui bénéficient de Centraide », a-t-il ajouté, avant de dévoiler qu’il avait tenté d’échanger deux des membres de son équipe contre l’homme fort. Heureusement, la transaction a été refusée.

L’homme fort Hugo Girard était bien confiant de remporter son tir à la corde face à l’équipe de Centraide de Stéphane Bédard. C’est l’ancien député qui a plutôt eu le dessus, dans cette épreuve faite dans la bonne humeur et qui a permis d’amasser 13 000 $ pour Centraide.

Du côté des perdants, c’était la surprise. Le commandant a d’abord mis la faute, en riant évidemment, sur les arbitres, qui, incidemment, étaient des militaires sous ses ordres. Hugo Girard a tenté d’expliquer qu’il se retrouvait dans la même équipe que Centraide, puisqu’il était au service de leur cause. Le commandant Radiff a souligné qu’il était important pour lui et tous les membres de la Base de Bagotville de participer à de tels événements. « C’est important de vivre avec les gens et de montrer que je ne suis pas seulement un commandant dans un bureau », a-t-il raconté.

Avant son épreuve, William Radiff avait aussi exprimé le souhait que des militaires repartent enfin avec la Coupe du commandant, alors que des civils avaient remporté les trois dernières éditions. Son voeu n’a pas été exaucé, car c’est l’équipe de l’Université du Québec à Chicoutimi qui a enlevé les honneurs de cette compétition amicale grâce à un temps de 15,48 secondes. Les représentants de l’UQAC ont donc repris leur titre, eux qui avaient gagné en 2015. Ils affrontaient en finale l’équipe de Cegerco.