Monique Beaudry, directrice du CFP du Fjord et du CFEM, accomagnée Gilbert Paiement, directeur adjoint, ont participé au premier Défi des maîtres visant à familiariser les enseignants à la formation professionnelle.

Tester un métier pour mieux orienter

Plus de 200 enseignants aux programmes réguliers de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay ont vécu une journée pédagogique spéciale vendredi alors qu’ils ont participé au « Défi des maîtres », une activité destinée à les familiariser aux métiers de la formation professionnelle.

En l’absence des étudiants, l’activité était intense dans les Centres de formation professionnelle du Fjord, en métallurgie et à l’Oasis alors que les enseignants ont été invités à expérimenter, pendant une dizaine de minutes, six des douze parcours professionnels aménagés dans chaque CFP en formant des équipes.

À titre d’exemple, des professeurs de français et de musique, des orthopédagogues, des directeurs d’école et des conseillers en orientation ont pu expérimenter l’art du maquillage sur une autre personne au parcours soins esthétiques, tenter d’effectuer une soudure avec une torche à souder ou encore essayer d’identifier des pièces de moteur au parcours vente de pièces automobiles.

Lors de notre passage, une professeure a affirmé connaître un peu le métier de mécanicien pratiqué par son conjoint. D’autres n’avaient jamais mis les pieds dans un centre de formation professionnelle.

Selon Monique Beaudry, directrice du CFP du Fjord, c’est la première fois au Québec qu’un tel Défi des maîtres est organisé dans une commission scolaire. « L’objectif de ce défi est de familiariser les enseignants aux 17 métiers en formation professionnelle afin qu’ils puissent contribuer à orienter les jeunes intéressés par ces métiers », explique-t-elle.

Elle ajoute que deux facteurs contribuent à l’orientation professionnelle des jeunes du secondaire, soit les parents et les enseignants. « Les professeurs à l’enseignement régulier sont tous des bacheliers qui n’ont pas connu les métiers professionnels et c’est ce qu’on leur fait connaître », explique Mme Beaudry.

Lundi prochain, ce sera au tour des 800 élèves de niveau secondaire d’effectuer les mêmes parcours dans le cadre du Défi des recrues. De tels défis existent au sein de différentes commissions scolaires de la province à l’initiative de Beauce-Etchemin, qui a été la première. Les commissions scolaires De La Jonquière, de la Baie-James de la Côte-du-Sud et Laval ont emboîté le pas depuis.

+

FAIRE FACE À LA PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE

La pénurie de main-d’oeuvre que connaît le Saguenay-Lac-Saint-Jean incite à la création et au rapprochement entre les centres de formation professionnelle et les entreprises à la recherche d’employés.

Directeur adjoint au Centre de formation en équipements motorisés (CFEM) et au CFP Le Fjord, Gilbert Paiement affirme que la clientèle de 18-24 ans est en baisse dans la région. Cette baisse s’accompagne des prises de retraite massives ainsi qu’au fait que les jeunes finissants sont de plus en plus sélectifs par rapport aux emplois qu’ils occupent. « Lorsque ces étudiants sont aux études le jour, les choses vont bien, mais lorsqu’ils entrent en emploi, ils se rendent compte qu’il faut travailler sur des quarts de soir et les fins de semaine, parce qu’ils ne connaissent pas le travail, et ils quittent leur emploi. »

Selon lui, pour les employeurs qui forment leur relève en entreprise, ces comportements entraînent des pertes financières importantes puisque tout est à recommencer.

Face à la situation, du travail de collaboration se développe entre les entreprises et les CFP pour que les enseignants se déplacent dans les milieux de travail afin de former les nouveaux employés. Il désigne cette formule comme étant des stages accrus. 

Une autre façon de former des travailleurs est d’utiliser la technologie de communication à distance pour les former. Il cite en exemple un travailleur qui connaîtrait des difficultés à réparer une carrosserie d’automobile. Il pourrait bénéficier du soutien d’un enseignant séjournant dans un CFP simplement en utilisant une caméra et une oreillette, affirme M. Paiement.

Fondeurs 

En cette année 2019 où il est prévu que Métaux BlackRock (MBR) mettra en chantier sa mine et son usine de transformation de ferrovanadium et de lithium sur la Zone industrialo-portuaire de Grande-Anse, M. Paiement anticipe déjà une pénurie de recrutement de travailleurs en fonderie. Les contacts qu’il entretient avec la direction lui font dire que l’entreprise aura besoin d’une centaine de travailleurs en fonderie, une main-d’oeuvre qui devrait être rémunérée à haut salaire.

Malgré les perspectives intéressantes à court terme, M. Paiement compte sur les doigts d’une main le nombre d’inscriptions à cette formation dispensée à La Baie.