Michel Potvin a encore eu à expliquer la décision de la Ville concernant le choix de l’emplacement du futur stade de soccer intérieur.

Terrain du stade de soccer intérieur: une question de dynamitage selon Saguenay

Si Saguenay a finalement écarté le site de l’École polyvalente Jonquière pour y construire le stade de soccer intérieur, c’est notamment pour une question de dynamitage. C’est du moins ce qu’explique le conseiller municipal et grand argentier de Saguenay, Michel Potvin, qui a tenu à rectifier certaines informations avancées par un ex-cadre de la Commission scolaire De La Jonquière.

Dans l’édition du Quotidien de mercredi, le cadre à la retraite de la commission scolaire expliquait que l’organisation avait proposé à la Ville de Saguenay un terrain gratuit situé en bordure de la polyvalente. Plusieurs avantages venaient avec ce choix, notamment l’accessibilité et la proximité avec les jeunes de l’école secondaire. Au Quotidien, le cadre à la retraite affirmait que l’option de la polyvalente n’avait pas été retenue pour la simple et bonne raison que le choix du site actuel était déjà bouclé.

« C’est faux de dire ça. Il y a eu une équipe de fonctionnaires qui a évalué sérieusement quatre options : le site actuel, le boulevard Mellon, la polyvalente de Jonquière et le Cégep de Jonquière. Finalement, deux options avaient été retenues, celle du site actuel et celle de la polyvalente de Jonquière, qui avait, en effet, plusieurs avantages, notamment en ce qui concerne la gratuité du terrain. Le pointage était serré. Toutefois, des travaux de dynamitage auraient été nécessaires, puisqu’il y a du roc sur le site. Ces travaux auraient demandé une somme entre deux et trois millions de dollars, ce qui annule le fait que le terrain était gratuit. De plus, la commission scolaire voulait des heures gratuites de fréquentation du stade », a expliqué Michel Potvin, qui a encore eu à expliquer le choix du site actuel, qui est encore loin de faire l’unanimité.

Le grand argentier a également expliqué que les fonctionnaires avaient à remplir certains critères, dont la possibilité d’expansion commerciale autour du futur stade de soccer.

« Je sais bien qu’un stade de soccer, ça ne provoquera pas un boum économique qui sauvera la Ville, mais la possibilité d’expansion et de construction d’autres commerces aux alentours n’est pas négligeable. Nous avons fait le choix du site en misant là dessus, surtout qu’en raison du dynamitage nécessaire à la polyvalente, l’avantage de la gratuité du terrain n’était plus valable », a ajouté Michel Potvin, qui assure que le site choisi est adéquat, malgré ce qui a pu se dire à propos de la nappe phréatique.

La construction du stade de soccer intérieur devrait se faire en 2020. Le terrain choisi, à proximité de l’ancien Walmart, a été acheté par la Ville au coût de 2,3 millions de dollars. En tout, la construction du stade devrait coûter 29 millions de dollars, avec une participation financière de Saguenay de 20 millions.

.... MAIS LE CÉGEP DE JONQUIÈRE L'AURAIT PAYÉ SON TERRAIN 

Alors que l’argument d’un dynamitage trop coûteux a été avancé par le conseiller municipal Michel Potvin en ce qui a trait au terrain de l’École polyvalente Jonquière, le Cégep de Jonquière est également revenu à la charge, mercredi. En effet, en plus d’offrir un terrain gratuitement pour la construction du futur stade de soccer intérieur sur le site du cégep, l’organisation avait proposé de défrayer elle-même les coûts du dynamitage, qui aurait aussi été nécessaire sur ce site. 

Visiblement, la Ville de Saguenay n’est pas sortie du bois en ce qui concerne l’emplacement du futur stade de soccer. Alors que Michel Potvin s’expliquait sur le cas de la polyvalente de Jonquière, voilà que Dave McMullen, directeur des affaires étudiantes et des services communautaires du Cégep de Jonquière, est venu brouiller les cartes. 

« Dans notre proposition, le cégep offrait un terrain gratuit et, en plus, payait pour le dynamitage nécessaire, car oui, le site est sur le roc. Je dois dire qu’on n’a pas tellement compris pourquoi notre proposition avait été rejetée. On nous a dit qu’on ne répondait pas aux critères. Lesquels ? Je n’en sais rien », a affirmé Dave McMullen, lors d’une entrevue accordée au Quotidien. 

Selon lui, le site du Cégep de Jonquière répondait à plusieurs critères, dont son emplacement et sa proximité avec l’autoroute. 

« Nous sommes aussi près de l’autoroute que le parc industriel. Et nous avons plusieurs services déjà offerts sur place, comme le terrain de football synthétique, les vestiaires, la piscine, etc. De plus, nous avons déjà du personnel en place pour assurer une partie de l’entretien. On ne comprend pas trop cette idée de faire construire le stade de soccer dans un parc industriel, je vais vous avouer. Nous sommes collés au milieu scolaire et le stade, ce sera surtout pour les jeunes. Nous avons déjà un bon réseau, ce qui permettrait également de viser des compétitions de niveau national », a souligné Dave McMullen, qui se dit déçu de la décision de la Ville de construire le stade dans le secteur de l’ancien Walmart de Jonquière. 

Le Cégep de Jonquière aurait également voulu le stade de soccer intérieur, qui aurait pu être construit à proximité du terrain synthétique de football.