Terrain de l’ex-boulangerie Fortin: Sonia Côté accuse la Ville de mentir

Sonia Côté est furieuse. La coordonnatrice de Loge m’entraide estime que le cabinet de la mairesse ment lorsqu’il affirme qu’il n’y a aucun projet sur la table pour le terrain de l’ancienne Boulangerie Fortin de Kénogami, dont la décontamination a été annoncée lundi. Or, il s’agirait d’une question de zonage, alors que le terrain aurait une affectation commerciale, rétorque-t-on du côté du cabinet.

« Les oreilles me frisent devant un tel mensonge ! Le cabinet de la mairesse ment quand il dit qu’il n’y a pas de projet sur la table pour ce terrain. C’est faux, car depuis 2017 on demande à l’administration Néron de le décontaminer pour ensuite le redonner aux locataires appauvris afin qu’ils puissent fonder leur projet de Coopérative d’habitation La Solidarité, réclamée par 5600 signataires et nombreux donateurs », affirme Sonia Côté dans un communiqué. 

Zonage commercial

Au cabinet de la mairesse Josée Néron, l’attaché politique, Stéphane Bégin, a réitéré qu’il n’existe pas de projet pour l’ancien terrain de la boulangerie Fortin parce que le règlement de zonage a été modifié pour une affectation commerciale. 

Selon les explications fournies, les normes applicables en matière de décontamination du ministère de l’Environnement sont moins élevées lorsqu’il s’agit d’un terrain commercial que dans le cas d’une affectation pour la construction résidentielle. Les coûts associés sont également moins élevés pour un terrain commercial. 

Sonia Côté rappelle que le terrain avait été proposé afin de fonder une coopérative d’habitation en 2013, puis repris en 2014 en raison de sa contamination. 

« Ce serait injuste envers les locataires appauvris de Saguenay, qui se sont vu offrir ce terrain en 2013 pour fonder une coop, de le voir maintenant décontaminé au coût de 300 000 $ par la Ville et vendu ensuite au privé. En toute justice, ce terrain doit être redonné aux appauvris pour qu’ils puissent enfin mener eux aussi à terme leur projet de coop d’habitation La Solidarité qu’ils réclament à bout de bras depuis 2013 », insiste-t-elle.

Sonia Côté déplore que la Ville ait manifesté dans les médias l’intention de vendre le terrain au privé. 

« Les terrains vacants publics sont rares et font l’objet de spéculation, rendant difficile la naissance de coops à moins que les villes les réservent à cette fin. Saguenay a actuellement un terrain disponible. Elle peut et doit, cette fois-ci, donner une chance aux appauvris en acceptant de leur céder ce terrain décontaminé pour fonder leur Coopérative d’habitation La Solidarité », estime Sonia Côté.

Loge m’entraide annoncera jeudi le résultat de sa sixième campagne de dons pour la Coopérative d’habitation La Solidarité. Le montant s’ajoutera aux 175 000 $ déjà amassés.