Le maire d’Alma, Marc Asselin, a eu de vifs échanges avec le conseiller Olivier Larouche lors du dernier Conseil de ville
Le maire d’Alma, Marc Asselin, a eu de vifs échanges avec le conseiller Olivier Larouche lors du dernier Conseil de ville

Tensions au sein du conseil: Marc Asselin va réagir jeudi

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Le maire d’Alma, Marc Asselin, va réagir jeudi avant-midi aux propos dont il a été la cible mardi. C’est que le conseiller Olivier Larouche s’est ouvert au sujet du climat difficile au conseil de ville, et dont le maire serait la source, selon lui.

Par la voix de la responsable des communications de Ville d’Alma, Claudia Madore, M. Asselin a annoncé en fin d’après-midi mercredi qu’il allait tenir un point de presse à la salle du conseil de l’hôtel de ville d’Alma, sous forme de déclaration. En effet, les médias ne pourront poser de questions et le maire n’accordera pas d’entrevue.

Olivier Larouche a voulu dénoncer mardi le fait d’avoir peur de s’exprimer lors des séances publiques, en raison des réactions du maire qui sont agressives et intimidantes, selon lui. Le conseiller a déclaré sur Facebook que « c’est la première fois dans ma vie que je suis victime d‘autant de manque de respect autour d’une table. Je suis membre de trois commissions permanentes à l’Union des municipalités du Québec (UMQ), ce qui m’amène à travailler avec plusieurs mairesses, maires, conseillers et conseillères et je n’ai jamais eu ces problématiques ».

La conseillère Audrée Villeneuve a quant à elle tenu à soutenir son collègue Olivier Larouche, en saluant sa maturité d’avoir osé dénoncer le comportement du maire. « Je ne m’attarderai pas à définir si les excès de colère de “Monsieur le Maire” sont du harcèlement, des gestes purement violents ou une vieille façon de faire de la politique, mais chose certaine, ce genre de comportement est totalement inadmissible en 2020 », peut-on lire sur Facebook, sous la plume de la conseillère. 

Celle-ci a également ajouté avoir été témoin de plusieurs scènes inadmissibles, en précisant avoir déjà demandé une aide externe afin d’engager un réel dialogue sur la situation. Cette aide lui a été refusée. 

La dernière séance du conseil de ville a d’ailleurs offert un exemple du genre de tensions pouvant exister au sein de ses membres. Le Quotidien avait été témoin de vifs échanges entre Marc Asselin et Olivier Larouche, concernant le projet de rachat des résidences longeant le Centre Mario Tremblay.