Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alain Lamothe, président-directeur général de GFT Canada, France et Belgique.
Alain Lamothe, président-directeur général de GFT Canada, France et Belgique.

Télétravail : une firme internationale embauche dans la région

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Bien plus qu’une contrainte, le télétravail peut s’avérer une opportunité. Parlez-en à GFT, qui a choisi de ne plus laisser les frontières limiter son recrutement de personnel, et qui s’apprête à créer une quarantaine d’emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Point de départ d’une grande campagne à l’échelle du Québec.

Analystes d’affaires et fonctionnels, développeurs, chargés de projets... La firme de services-conseils en TI, spécialisée dans le secteur des assurances, viendra employer toute une équipe dans la région, par le biais d’un processus débutant dès lundi.

Alain Lamothe, président-directeur général de GFT Canada, France et Belgique, travaille lui-même depuis son chalet à Saint-Félicien, d’où il est originaire, chaque été. Il souligne que le télétravail permet de passer outre les limitations géographiques et d’avoir accès aux meilleurs candidats.

Il permet aussi d’étendre ses activités à des territoires prometteurs, comme celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« On se retrouve avec une université, des cégeps, qui génèrent de futurs professionnels. On se dit que si un jeune fait ses études ici, probablement qu’il veut demeurer en région. Si ces jeunes veulent devenir des professionnels dans notre milieu, tout en demeurant dans la région, ça va être quelque chose de possible », explique Alain Lamothe.

Son milieu, le PDG le dit d’ailleurs en pleine effervescence. L’assurance est l’un des domaines les plus forts économiquement de la province selon lui, et y emploie « des dizaines et des dizaines de milliers » de travailleurs et travailleuses.

Ce qui explique peut-être pourquoi la campagne de recrutement de GFT se poursuivra jusqu’en 2021 dans plusieurs autres pôles régionaux du Québec, dont celui de Sherbrooke, pour la création de quelque 200 emplois.

Virage obligé, mais bénéfique

Comme au sein de bien des entreprises, c’est la pandémie qui aura entraîné un virage obligé vers le télétravail pour GFT. L’expérience s’est toutefois avérée des plus concluantes. Si bien que la firme internationale offre désormais l’opportunité à ses professionnels des grands centres de se relocaliser en région.

Et puisque des sondages internes montrent que 60% de son personnel désire poursuivre en télétravail au lendemain de la pandémie, il n’y aura pas de retour en arrière, soutient le PDG. Sinon un passage à une formule hybride.

« On pourrait se retrouver avec des professionnels au Saguenay-Lac-Saint-Jean, pour lesquels notre équipe de ressources humaines pourrait se déplacer une fois par mois pour aller les rencontrer. On pourrait les faire venir aussi, une ou deux fois par mois à notre siège social à Québec pour établir un lien, une connexion. »