Tecnic demande la réouverture des écoles de conduite

Emilie Gagnon
Le Quotidien
Le réseau des écoles de conduite Tecnic souhaite que le gouvernement ne laisse pas aux oubliettes la reprise des cours pratiques des auto-écoles dans son plan de relance et demande leur réouverture rapidement.

« Depuis la réouverture de plusieurs commerces de détail, nous recevons énormément de messages et de commentaires sur notre page Facebook de la part de notre clientèle qui ne comprend pas pourquoi nous [les écoles de conduite], nous ne pouvons pas encore dispenser nos cours pratiques », rapporte dans une entrevue accordée au Quotidien, mardi, la directrice générale du réseau des écoles de conduite Tecnic, Mylène Sévigny.

Selon cette dernière, le réseau Tecnic travaille avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) depuis quelques semaines pour permettre la réouverture des auto-écoles. Un plan sanitaire et sécuritaire a ainsi été réalisé et déposé au gouvernement.

« Si l’on parle d’un cours de conduite automobile, évidemment, le deux mètres de distanciation n’est pas possible, soulève Mylène Sévigny. Nous avons donc déposé la possibilité que l’instructeur porte obligatoirement son masque ainsi qu’une protection oculaire. De plus, le lavage des mains ainsi que la désinfection du véhicule après chaque élève seront obligatoires », précise cette dernière.

Soulevons que depuis le 13 mars dernier, les auto-écoles ont dû, elles aussi, se conformer aux directives gouvernementales liées à la pandémie de COVID-19 et, par le fait même, suspendre leurs cours pratiques. Cela a eu pour effet de retarder la délivrance de 60 000 permis de conduite auto, moto, camion, cyclomoteurs et 3 roues dans tout le réseau des écoles de conduite Tecnic.

Soutenir les jeunes 

« Évidemment, nous avons pensé à nos jeunes de 16-24 ans pour la réouverture, a mentionné la directrice générale. C’est presque essentiel un permis de conduire, particulièrement en région dans le sens où, si je veux aller travailler, la plupart du temps, j’ai besoin d’un véhicule. Et si je veux aller aux études en septembre, et que j’ai besoin de me déplacer à l’aide d’un véhicule, j’ai besoin d’un permis », a-t-elle soutenu.

Pour ces raisons, il est primordial que les écoles de conduite reprennent leurs activités et permettent à des jeunes de recommencer leurs cours pratiques, selon Mylène Sévigny.

D’ailleurs, elle a fait savoir que les élèves finissants seront priorisés. « Nous voulons éviter que les gens soient en retard dans leur acquisition de permis. Lorsque nous aurons le go, nous prioriserons les élèves qui étaient sur le point de terminer leurs cours », a-t-elle conclu.