Plus de 1900 déplacements par mois sont enregistrés avec le système de taxi-bus dans la MRC Domaine-du-Roy.

Taxi-bus: quatre fois plus qu’il y a un an dans la MRC du Domaine-du-Roy

Depuis la mise en place du service de taxi-bus il y a un an et demi, le transport en commun est en plein essor, dans la MRC du Domaine-du-Roy, alors qu’Accès Transport offre désormais 1900 déplacements par mois, soit quatre fois plus qu’il y a un an.

« Le nombre de déplacements en taxi-bus a explosé, au cours des derniers mois », lance fièrement Jonathan Thibeault, le directeur général d’Accès-Transport, l’organisme responsable du transport en commun dans la MRC du Domaine-du-Roy. Ces chiffres sont particulièrement impressionnants, car l’organisme pensait atteindre la marque de 700 déplacements par mois… en janvier 2020.

Stéphane Lavoie, propriétaire de Taxis Stéphane Lavoie, et Jonathan Thibeault, directeur général d’Accès Transport, sont fiers des résultats obtenus.

Comment expliquer cette réussite ? « Il y a quelques mois, on a fait des modifications dans le système de réservation, explique Jonathan Thibeault. Au lieu de nous appeler une journée à l’avance pour réserver un transport, les utilisateurs contactent directement l’entreprise de taxi une heure à l’avance pour faire une réservation à une des 115 bornes installées sur les territoires de Saint-Félicien ou de Roberval. Avec un service plus efficace, le bouche-à-oreille a aussi participé à faire rayonner l’offre de transport en commun », dit-il.

Stéphane Lavoie, le propriétaire de Taxis Stéphane Lavoie, se réjouit de l’achalandage accru du système de taxi-bus. « Depuis qu’on prend les appels directement, les réservations ont grimpé en flèche », atteste l’homme qui croit au système de taxi-bus depuis qu’il a acheté l’entreprise de taxi il y a quatre ans. La croissance de l’achalandage l’a d’ailleurs forcé à doubler son équipe de travail, qui compte désormais sept travailleurs permanents, pour exploiter sa flotte de trois taxis et de trois véhicules pour les transports commerciaux. Ainsi, le modèle d’affaires est rentable pour tout le monde, les utilisateurs et les transporteurs, estime Jonathan Thibeault.

Tarif fixe

Au lieu de payer les frais réguliers pour un service de taxi, les utilisateurs paient un frais fixe, à partir de 3 $ par déplacement, pour se rendre d’une borne à l’autre à l’intérieur des limites de Saint-Félicien ou de Roberval. Certaines personnes se déplacent ainsi deux fois plus avec le même argent, estime Stéphane Lavoie. Mais il y a aussi 65 % de nouvelle clientèle, remarque Jonathan Thibeault, qui s’est inspiré du système de taxi-bus d’Alma pour développer le service dans Domaine-du-Roy. « On fait de nouveaux convertis et ça aide aussi à la croissance économique des entreprises de taxis », dit-il.

Fait à noter, Stéphane Lavoie a fait l’achat de véhicules hybrides, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et ses coûts d’opération. « C’est bien beau le taxi-bus, mais je voulais en faire plus pour ce projet de mobilité durable, dit-il. Même si les véhicules sont plus chers à l’achat, je fais des économies de 40 % sur le carburant et c’est rentable. »

Une borne de service d’Accès Transport.

Le service de taxi-bus d’Accès-Transport était par ailleurs en nomination pour les prix Guy-Chartrand, remis dimanche à Québec, qui soulignent les efforts de mobilité durable à l’échelle de la province.

+

UN NOUVEAU SERVICE ENTRE MASHTEUIATSH ET ROBERVAL

À compter du mois de décembre, l’entreprise Taxi-Rod, qui offre le taxi-bus à Roberval, sera responsable d’un nouveau service de transport en commun pour relier Mashteuiatsh, grâce à une entente réalisée avec Accès Transport.

« La communauté ilnue avait des besoins et on a fait un partenariat pour offrir ce service », explique Jonathan Thibeault. Au lieu de payer près de 18 dollars pour se rendre de Mashteuiatsh à Roberval, un utilisateur devrait payer environ 5 dollars en taxi-bus. Le service sera offert sept jours par semaine à heure fixe, quatre fois par jour vers Roberval, et trois fois vers Mashteuiatsh. 

Transport interurbain à peaufiner

Alors que le transport intra-urbain fonctionne à merveille, le projet pilote entre Saint-Félicien et Roberval a moins bien levé, estime Jonathan Thibeault, avec en moyenne huit utilisateurs par semaine. « Pour que le service soit populaire, il faudrait l’offrir cinq jours par semaine pour les travailleurs, mais notre projet pilote visait davantage la clientèle occasionnelle », dit-il. Pour l’instant, le projet est en révision. À terme, un projet de transport interrégional entre Chambord et Dolbeau-Mistassini pourrait être la meilleure option pour se déplacer d’une ville à l’autre. 

D’ici là, l’harmonisation entre le transport collectif et le transport adapté permet désormais de transporter davantage de personnes lorsque les services de transport adaptés sont requis. Pour l’instant, le système fonctionne au cas par cas, mais dès qu’un transport adapté est requis dans une des neuf municipalités sur le territoire, les autres citoyens peuvent aussi embarquer à bord pour se déplacer. Accès Transport souhaite continuer à optimiser le service. 

D’autres projets dans la mire

Accès Transport ne compte pas s’asseoir sur ses lauriers et l’organisme compte s’inspirer de différents projets de mobilité durable mis en place dans la province. Par exemple, Jonathan Thibeault regarde avec intérêt les systèmes d’autopartage de véhicules électriques pour les municipalités en région du concept SAUVéR ou d’Autonomik. 

« Des villes qui utilisent des véhicules électriques pendant la semaine pourraient en faire la location pendant les fins de semaine », lance-t-il à titre d’exemple.