Alain Tremblay de Saint-Bruno a placé une affiche symbolique devant sa résidence.

Taxes jugées trop élevées à Saint-Bruno

Des citoyens de Saint-Bruno songent à quitter la municipalité après avoir pris connaissance de leur augmentation de taxes. Le mécontentement est toujours palpable une semaine après que le maire François Claveau ait dénoncé une dette de 26 millions de dollars par le biais d’une lettre transmise aux résidants.

Le compte de taxes envoyé aux contribuables, la semaine dernière, représente une hausse d’environ 8 % pour une résidence moyenne. Établis à Saint-Bruno depuis cinq ans, Stéphane (il refuse de donner son nom de famille) et sa conjointe travaillent au Saguenay et à Alma. Vivant dans une maison évaluée à 275 000 $, le couple a absorbé une hausse de son compte de taxes de plus de 1100 $ au courant des deux dernières années. « Nous sommes capables de payer la maison et les taxes municipales qui en découlent. Toutefois, nous aimerions bien garder cet argent dans nos poches », a-t-il confié en entrevue au Quotidien. Cinq ans plus tard, ce Brunois dit regretter d’avoir choisi la municipalité. Aujourd’hui, même s’il travaille au Saguenay, il préférerait Alma à Saint-Bruno. 

L’option de vendre semble une avenue de plus en plus probable pour plusieurs citoyens. Stéphane confirme que cela lui a traversé l’esprit. Toutefois, il reste peu confiant quant à la capacité et la vitesse de vente d’une résidence de Saint-Bruno. Même son de cloche pour un autre citoyen. Stéphane Simard habite une résidence de la municipalité depuis le début des années 2000. Son compte de taxes a presque doublé en l’espace d’une quinzaine d’années. « Je suis à bout de payer. Toutefois, ça me désole de quitter mon coin tranquille. Même si je souhaite vendre, qui voudra acheter ma maison et payer autant de taxes ? », témoigne celui qui s’interroge quant au prix de revente. Questionné quant à la possibilité de choisir la municipalité une deuxième fois, M. Simard est catégorique. Jamais il ne reviendrait à Saint-Bruno. 

Bien désolé de la situation, Stéphane Simard rappelle l’importance d’être tolérant envers le nouveau maire. « Il s’assoit dans une chaise pas mal endettée. Il a tout un travail à faire et devra le faire », ajoute celui qui se dit préoccupé de la situation. 

Retraités depuis octobre dernier, Alain Tremblay et sa conjointe Ruth Lavoie pensent aux années à venir. « Cette hausse de taxes va décourager les jeunes familles à venir s’établirent ici. Les couples dont un conjoint travaille au Lac-Saint-Jean et l’autre au Saguenay choisiront une autre municipalité », ajoute celui qui n’est pas fermé à l’idée de vendre sa résidence. 

Mouvement de protestation

Un citoyen qui désire conserver l’anonymat n’entend pas en rester là et organise un mouvement de protestation qui est prévu samedi. L’homme de Saint-Bruno qui est derrière cette idée invite les citoyens à placer une affiche À VENDRE devant leurs résidences. « Si la moitié de la population participe, on risque de faire réfléchir les élus », explique-t-il au Quotidien. Déjà, plusieurs résidants de Saint-Bruno comptent participer à la démarche symbolique. En fin de journée lundi, quelques affiches prenaient déjà place sur les terrains de résidences de la municipalité. Le message « Taxes trop élevées » se retrouvait sous l’affiche « Maison à vendre ».