Plusieurs Laterrois ont manifesté leur mécontentement face à la hausse des taxes lundi soir.

Taxes à Saguenay: plus de hausse supérieure à l'inflation, promet Potvin

Le président de la Commission des finances de Saguenay, Michel Potvin, prend l’engagement de ne plus décréter de hausse de taxes supérieure à l’inflation d’ici la fin du présent mandat et assure avoir bien entendu le message des contribuables qui en ont assez de payer la facture à tous les paliers de gouvernement.

Au lendemain d’une assemblée publique organisée par des citoyens en colère contre la hausse de taxes de 3,89 % et qui a attiré pas moins de 500 contribuables à Laterrière, le conseiller municipal du secteur affirme qu’il faut comprendre le message : « 500 personnes qui se déplacent sur 4000 électeurs, c’est significatif. Il y a un message de fond que l’on doit entendre comme élus, et ceux qui ne veulent pas l’entendre vont le comprendre un jour ou l’autre. »

Malgré ce constat, Michel Potvin réitère ce qu’il a dit pendant cette assemblée. Il n’est pas question qu’il accorde aux contribuables en colère une forme de crédit ou de remboursement qui annulerait l’augmentation du taux adoptée par le conseil municipal. 

« Nous avons hérité d’une situation où le conseil municipal empruntait pour payer l’épicerie et acheter des votes les années d’élection. L’endettement va continuer d’augmenter l’an prochain ainsi que les salaires des employés et autres dépenses. On ne peut plus continuer comme ça. Le mot d’ordre à l’avenir est clair : la Ville devra trouver l’argent pour réaliser des projets. On me posait la question sur la bibliothèque de La Baie par rapport à un projet de 10 M $ ou de 17 M $. Ni l’un ni l’autre, si nous n’avons pas l’argent. En ce moment, nous n’avons pas cet argent. »

Discipline budgétaire

Les prochains mois seront douloureux à l’hôtel de ville de Saguenay. Le président de la Commission des finances compte entreprendre un vaste chantier, qui consiste à procéder à l’analyse de tous les postes budgétaires, ce qui signifie que toutes les activités de la Ville, incluant le financement des corporations paramunicipales, seront évaluées. Des décisions seront ensuite prises en fonction de la capacité de payer de l’administration municipale et de l’utilité de l’activité financée.

Devant les citoyens de Laterrière en colère, Michel Potvin a réitéré que 80 % des propriétés sur le territoire de Saguenay ont été l’objet d’une baisse de valeur. Les propriétés situées en bordure des cours d’eau ont quant à elles augmenté significativement de valeur. Le conseiller municipal affirme n’avoir aucun pouvoir sur la fluctuation des valeurs des résidences, qui est à la base de la confection des rôles municipaux.

Depuis son entrée en fonction à la tête de la Commission des finances, Michel Potvin évoque une incapacité, pour Saguenay, d’augmenter sa richesse foncière par la croissance du parc immobilier et de son rôle d’évaluation. Saguenay doit composer avec une dette qui augmente et une richesse foncière qui stagne. « C’est mathématique. Ça va prendre la collaboration de tout le monde pour trouver des solutions au problème des finances. Les barrages de Rio Tinto font partie de ces solutions que nous devons travailler », a-t-il ajouté.

Barrages

Sur ce dernier point, Michel Potvin est sur la même longueur d’onde que son collègue Jean-Marc Crevier, de Jonquière, pour réclamer l’équité entre les producteurs privés d’électricité sur le territoire de Saguenay. Ce dernier a été le seul conseiller d’un autre arrondissement à se présenter à l’assemblée publique pour entendre ce que les citoyens avaient à dire.

Michel Potvin annonce à tout le monde que les prochains moins seront marqués par la discipline budgétaire. Il assure que tout est sur la table, ce qui comprend le contrôle de l’embauche pour les différentes catégories de personnel.

Les engagements de Michel Potvin sont surprenants dans les circonstances. Le message du conseil municipal entend que les contribuables allaient devoir composer avec des augmentations semblables à celles de cette année et de l’an dernier, et ce jusqu’à la fin du mandat, pour compenser le laxisme de l’administration de l’ex-maire Jean Tremblay.

« Je ne m’opposerai pas aux grands projets qui sont nécessaires. Mais pour les réaliser, nous allons avoir l’obligation de trouver le financement sans un effet sur le compte de taxes des contribuables supérieur à l’inflation », a conclu le président de la Commission des finances.

+

FAITS SAILLANTS

Le conseiller municipal Michel Potvin accepte la critique des citoyens de Laterrière. Il refuse toutefois les allégations voulant qu’il n’y ait aucun projet ou investissement dans ce secteur de la ville. Voici quelques investissements à l’agenda :

 • Gainage de la conduite d’eau du boulevard Talbot dans les limites de Laterrière, au coût de 1 M $

• Réfection des routes Portage Nord et Sud – un kilomètre de chaque côté –, au coût de 1 M $

• Investissement de 700 000 $ dans la base de plein air située en bordure du lac Kénogami

• Investissement de 125 000 $ dans le parc des Bouleaux

• Projet de sentier pédestre pour relier le parc Rivière-du-Moulin au moulin du Père-Honorat

• Projet pilote de clôtures à neige dans le secteur rural de Laterrière (hiver 2020-2021)