Tarifs américains: Ottawa va déposer une plainte à l'OMC

OTTAWA - Le gouvernement canadien contestera vendredi auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) l’imposition de tarifs douaniers américains sur l’acier et l’aluminium.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, en a fait l’annonce en Chambre, vendredi, alors que les taxes punitives américaines sont entrées en vigueur il y a quelques heures.

La contestation de ces mesures qu’elle a de nouveau qualifiées d’«illégales» sera faite à l’OMC et dans le cadre de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Cette plainte sera déposée au lendemain de l’annonce, par le Canada, de mesures de rétorsion pour répliquer à la décision de l’administration Trump.

L’enjeu a dominé la période des questions aux Communes, vendredi. La ministre Freeland a passé une bonne partie de la séance à se faire interroger sur les prochaines actions.

Elle n’a cependant pas offert de réponse au député néo-démocrate Alexandre Boulerice qui lui demandait si le gouvernement allait offrir un plan d’aide pour les travailleurs.

Le Canada a annoncé jeudi qu’il imposerait des surtaxes dont le montant pourrait atteindre jusqu’à 16,6 milliards $ sur une foule de produits américains.

Les contre-mesures canadiennes entreront en vigueur le 1er juillet 2018 et resteront en place jusqu’à ce que Washington élimine ses taxes punitives.

La riposte d’Ottawa a inspiré un gazouillis matinal au président américain Donald Trump.

«Le Canada a très mal traité notre industrie agricole et nos fermiers pendant très longtemps. Très restrictif sur le commerce!», a-t-il écrit.

«Ils doivent ouvrir leurs marchés et faire tomber leurs barrières commerciales! Ils ont un excédent commercial vraiment élevé avec nous», a ajouté le locataire de la Maison-Blanche.

Il a conclu son micromessage par une référence à un autre litige commercial qui oppose Ottawa et Washington, celui dans le secteur du bois d’oeuvre.

En plus du Canada, les taxes douanières américaines sur l’acier et l’aluminium décrétées jeudi touchent le Mexique et l’Union européenne (UE).