Guy Reynolds est venu d'Angleterre pour prendre part au festival avec ses ours volants. Il s'agit de son premier passage au Canada.

Tant qu'Éole collabore

La 19e édition de Saint-Honoré dans l'Vent a donné son coup d'envoi, vendredi soir. Un souper était organisé sous un grand chapiteau sur le site du festival, et les participants ont pu admirer les quelques cerfs-volants déjà présents dans le ciel.
En tout, plus de 600 personnes se sont rassemblées à l'aéroport de Saint-Honoré pour l'ouverture du festival, malgré un ciel gris et un temps plutôt froid. « Pour une journée de pluie, on est pas mal satisfait », mentionne la directrice du festival, Delphine Lagadec.
La pluie et les nuages ont forcé les organisateurs à modifier l'horaire de l'activité. Le souper de tourtière devait au départ être servi dans les rues de la municipalité. « On s'est organisé avec la municipalité. On a déplacé le chapiteau principal du centre récréatif pour le mettre directement sur le site de l'aéroport. On a regardé, et on a quand même une belle capacité. Il y a 650 places assises », mentionne Mme Lagadec.
Pendant le souper, les festivaliers ont pu profiter de la musique de l'ensemble de jazz du Collège d'Alma Groove du Lac, qui a assuré l'ambiance. Puis, ils étaient invités à faire de la danse en ligne et assister au concert du groupe country les Cowboys Recherchés.
Quelques enfants ont également fait fi de la température et se sont amusés sur les jeux gonflables présents sur le site.
Le feu d'artifice qui était prévu à la fin de la soirée a toutefois dû être reporté. Une nouvelle date sera annoncée prochainement, lorsque la température le permettra.
Saint-Honoré dans l'Vent se poursuit jusqu'à dimanche. Entre 120 et 150 cervolistes sont attendus sur le site, pour faire des démonstrations et organiser des ateliers de toutes sortes.
Cette année, le festival fête également les 75 ans de l'aéroport. Plusieurs activités seront également organisées pour souligner cet anniversaire.
« Il y a du vent, il y a du soleil, alors on devrait avoir une belle édition. On annonce un peu de pluie, mais on ne s'en fait pas. C'est la 19e édition. Le festival est passé à travers des pluies, l'an passé c'était des chaleurs. C'est la vie des festivals, et on est très à l'aise avec ça », conclut Delphine Lagadec.