Sylvain Gaudreault 

Sylvain Gaudreault salue le rassemblement contre GNL Québec

Le député de Jonquière et candidat à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, salue l’initiative des organisateurs du rassemblement contre GNL Québec tenu jeudi au Café Cambio de Chicoutimi tout en proposant d’appuyer les entreprises oeuvrant dans les technologies de transition énergétique.

Opposant affiché au projet de Gazoduq inc. et d’usine de liquéfaction de gaz naturel à Grande-Anse, M. Gaudreault s’est dit satisfait que 200 personnes aient manifesté à l’invitation de Québec solidaire contre les projets tout en affirmant du même souffle qu’il est nécessaire de travailler immédiatement à la préparation d’une période de transition afin d’assurer le développement économique régional et du Québec. « Que ce soit dans le domaine de la construction, du camionnage, du transport en général, il faut instaurer une politique qui ferait que les différents acteurs ouvrent un dialogue », a-t-il déclaré.

À titre d’exemple, M. Gaudreault croit que la région doit soutenir le développement de la production de l’aluminium vert sans utilisation de carbone, comme le propose le projet de recherche et développement Elysys de Rio Tinto et Alcoa, qui a déjà obtenu un soutien financier de Québec et Ottawa avec une enveloppe de 188 M $. « Il ne faut pas que la région soit juste le témoin de vente de brevets », souligne M. Gaudreault.

Le développement de l’utilisation de la fibre cellulosique, un projet sur lequel travaille Produits forestiers Résolu (PFR) à l’Usine Kénogami, constitue un autre exemple de projet intéressant dans une économie de transition. Il cite également deux PME saguenéennes ayant obtenu des contrats de fabrication de composantes pour des bornes de recharge électrique ou encore Groupe Génitique, qui oeuvre en génie-conseil pour la conception d’usine de biométhanisation.

Le député péquiste Sylvain Gaudreault salue le rassemblement organisé par Québec solidaire en opposition au projet de GNL Québec tenu jeudi, au Café Cambio, pendant lequel les députées Catherine Dorion (photo) et Ruba Ghazal ont pris la parole.

Interrogé afin de savoir si la région peut rejeter un projet de 14 G $. M. Gaudreault affirme qu’une bonne partie de l’investissement aura des retombées à l’extérieur de la région et qu’à long terme, ce ne sont que 250 emplois qui seront assurés sur une base permanente.

La concrétisation d’Elysys, qui procure actuellement une vingtaine d’emplois à la région, de l’expansion de l’usine pilote AP-60, de la construction d’un centre de coulée de billettes à Alma et même le recyclage des parcs de résidus de bauxite constituent des voies à explorer.

En ce qui a trait à la fin annoncée de l’usine Vaudreuil en 2041, M. Gaudreault souligne que depuis son arrivée à l’Assemblée nationale en 2008, il entend parler de la fin de ces installations qui continuent pourtant de produire de l’alumine de haute qualité, un point sur lequel il faut miser selon lui.