Le député Sylvain Gaudreault en sera à une troisième expérience à la COP.

Sylvain Gaudreault à la COP24 en Pologne

Sylvain Gaudreault s’envolera pour la Pologne, dimanche, afin de prendre part à la dernière semaine de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la COP24, regroupant plusieurs acteurs mondiaux dans le secteur environnemental.

Le député de Jonquière pour le Parti québécois en sera à sa troisième expérience consécutive à la COP, après l’Allemagne (Bonn) l’an dernier et le Maroc (Marrakech) il y a deux ans. Cette année, le plus important rassemblement sur les différentes facettes du climat a lieu dans la ville polonaise de Katowice.

Sylvain Gaudreault a deux messages précis à livrer, en plus de créer un maximum de contacts et de participer à diverses conférences.

«Premièrement, on a proposé une loi anti-déficit climatique, comme il en existe dans plusieurs pays du monde, a expliqué M. Gaudreault au cours d’un entretien téléphonique. Ma présence à la COP24 sera une occasion d’aller m’informer sur le modèle des autres pays qui se sont dotés d’une telle loi. Celle-ci cible la diminution des gaz à effets de serre et la capacité des États à remplir leurs obligations. Jusqu’à maintenant, le premier ministre François Legault a refusé d’adopter la loi.»

Advenant le cas où une loi anti-déficit serait adoptée, le Québec mettrait en place une mécanique pour réduire les émissions de gaz à effets de serre. Plusieurs pays européens ont déjà adopté cette loi contraignante.

En second lieu, Sylvain Gaudreault entend se pencher sur le lien direct entre la santé et l’environnement. Le député péquiste entend se documenter sur le fait que les changements climatiques ont un effet sur la santé.

«Par exemple, les canicules répétées au Québec au cours du dernier été ont eu un impact direct sur la santé de plusieurs personnes», a rappelé M. Gaudreault, tout en souhaitant que l’Institut national de la santé publique du Québec se penche sur la question.

Représentant du Parti québécois à Katowice, Sylvain Gaudreault sera accompagné d’autres députés du Québec, dont la ministre de l’Environnement, MarieChantal Chassé. Le premier ministre François Legault sera toutefois absent.

«Ça aurait été un endroit parfait pour François Legault, d’autant plus que c’est l’occasion de rencontrer des intervenants de partout dans le monde sur les enjeux environnementaux», a souligné Sylvain Gaudreault, tout en admettant qu’il a une bonne collaboration avec la nouvelle ministre de l’Environnement du gouvernement caquiste.

M. Gaudreault sent que les Québécois ont un plus grand souci de l’environnement, mais passer de la parole aux actes demeure difficile. Il remarque une double standardisation entre l’économique et l’environnement.

«C’est tellement important que le premier ministre participe au Forum économique mondial de Davos, mais ce l’est moins quand il s’absente de la plus grande conférence au monde sur l’environnement et la lutte aux changements climatiques, a fait remarquer le député de Jonquière. Les enjeux environnements sont tout aussi importants.»