Suivre des cours de Stanford à Chicoutimi

Des hauts placés d'entreprises chinoises d'aviation ont suivi des cours avec des professeurs de la prestigieuse Université Stanford, au cours des derniers jours. Ces cours, ils ont été donnés à... l'Université du Québec à Chicoutimi.
Depuis lundi dernier, 34 Chinois suivent une formation en gestion, marketing et communication au Saguenay. Trois professeurs de l'Université Stanford, classée meilleure institution universitaire aux États-Unis par Forbes en 2013, ont donné les cours en anglais. Le tout était traduit en mandarin pour les étudiants.
C'est une collaboration entre le Centre du savoir sur mesure (CESAM) de l'UQAC et l'Association internationale du transport aérien (IATA), dont le siège social est à Montréal, qui est à l'origine de cette visite inhabituelle.
Le CESAM offre un Certificat en gestion du transport aérien à Dorval depuis 2008. Ce cours est destiné aux travailleurs de l'industrie. " Ce cours est la base de notre partenariat ", confirme le directeur du CESAM, Damien Ferland.
L'IATA est l'association professionnelle pour les compagnies aériennes de partout à travers le monde, ce qui représente quelque 240 compagnies ou 84 % du trafic aérien global, selon le site internet de l'Association.
L'IATA a des liens avec quatre universités pour le moins renommées, soit Stanford, Harvard, l'Université de Genève et l'Université de Nanyang (Singapour).
«Normalement, ce programme donné par Stanford se déroule sur deux semaines, soit une à San Francisco et une à Montréal. Pour faire connaître davantage la culture québécoise aux Chinois, il a été décidé de tenir les cours à Chicoutimi, explique Rilind Bytyqi, qui occupe un poste de direction au développement des affaires de l'AITA. L'UQAC agit à titre de facilitateur, prêtant ses infrastructures et offrant un support académique. »
L'Amérique du Nord est en avance par rapport aux Asiatiques en matière de marketing dans le transport aérien.
«On apprend beaucoup en peu de temps, explique le directeur des finances de CITS American Express, Kevin Tan, l'un des Chinois présents. Certaines erreurs ont déjà été faites par les Nord-Américains et nous avons la chance de ne pas avoir à les répéter. On peut tirer profit de leur expérience, explique-t-il, en anglais. Plusieurs concepts que nous apprenons ici pourront être appliqués en Chine. »
Le mandat de l'IATA est de fournir les bons outils et le support aux compagnies membres, explique M. Bytyqi.
«C'est ce que nous faisons présentement, en formant ces professionnels, en les rendant plus qualifiés. Le but ultime est bien entendu d'offrir un meilleur service aux passagers. »
Les Chinois présents ont été triés sur le volet. Ils occupent tous des fonctions importantes au sein de leur organisation.