Le conseiller municipal Carl Dufour (à droite) est accompagné des résidants Pierre Charbonneau, Fanny Marin et Maude LeBlanc.

Suivez la signalisation d’aluminium

Les marcheurs et les automobilistes qui empruntent les rues du quartier Sainte-Thérèse, à Arvida, ont peut-être remarqué les panneaux d’aluminium qui ont récemment fait leur apparition sur les terrains de quelques résidences, sur les édifices publics et à l’intersection de certaines rues. La première phase de l’installation d’une signalisation patrimoniale s’est achevée il y a quelques jours, ce qui représente un pas de plus pour que la cité de l’aluminium soit reconnue comme site du patrimoine de l’UNESCO.

Une petite borne trône sur le terrain d’une résidence de la rue Nelson, construite en 1941. Une autre a été installée plus loin, sur la rue Davis, sur le terrain d’une maison bâtie en 1926. Des bornes comme celle-là, il y en a quinze dans le quartier. «C’est vraiment pour mettre en valeur le patrimoine bâti d’Arvida, attirer l’attention des gens et les pousser à s’informer sur l’histoire. C’est vraiment un beau projet et je suis bien contente que ma maison ait sa borne», a expliqué Fanny Marin, une résidante d’Arvida. «Nous sommes fiers de notre petite ville, à Arvida», a ajouté la propriétaire d’un jumelé construit en 1941. «On n’a pas pris soin de notre patrimoine au Québec, ici je suis contente qu’on le fasse», a affirmé de son côté Maude LeBlanc, ajoutant que cette signalisation ajoute de la valeur au quartier. Même son de cloche chez Pierre Charbonneau, un résidant de la rue Powell, qui salue l’initiative.

Quinze terrains résidentielles ont maintenant leur bornes d’alumiunium comme celle-ci.

Le projet de signalisation patrimoniale a été mis en branle par le comité pour la reconnaissance patrimoniale d’Arvida à l’UNESCO, épaulé par le conseiller municipal du secteur, Carl Dufour. Ce dernier a offert une petite visite guidée au Progrès pour montrer le résultat final de cette première phase d’installation.

«Nous voulions mettre en valeur le patrimoine et les différents types de maisons qui ont été construites dans le quartier. Nous voulions aussi suivre les recommandations qui nous donneront une chance d’être reconnus par l’UNESCO. Nous nous sommes beaucoup inspirés de ce qui se fait aux États-Unis, comme à Boston, par exemple. C’est sobre, mais ça attire l’attention», explique Carl Dufour.

L’aménagement de cette signalisation a nécessité un investissement d’environ 30 000$. Une seconde phase devrait être réalisée en 2020.

«Plusieurs résidants nous disent qu’ils aimeraient aussi avoir une petite borne sur leur terrain, ça suscite un intérêt», ajoute le conseiller municipal.

Des panneaux thématiques, montrant notamment le plan initial d’Arvida, ont été installés à certaines intersections.

Certains panneaux thématiques montrent par exemple le plan initial d’Arvida ou les 36 différents types de maisons construites en 135 jours, lors de la création de la cité.

Les édifices du quartier Sainte-Thérèse sont également identifiées.