André Houle en compagnie des gens Mosaïque Sociale qui ont réalisé une oeuvre collective devant illustrer un dépliant informatif de CPS02.

Suicide: plus de prévention, moins d’interventions

Le Centre de prévention du Suicide 02 déploie une équipe mobile au Lac-Saint-Jean pour répondre aux besoins de plus en plus criants. Si, dans les dernières années, l’organisation a fait principalement de l’intervention, elle met maintenant plus d’efforts sur la prévention, sa principale mission.

« Malheureusement, dans les 15 dernières années, on a fait plus d’interventions. On était débordé. On est passé de 5 à 17 employés en peu de temps. Et chez nous, ce n’est jamais une bonne nouvelle lorsqu’on embauche  », rappelle André Houle, directeur général du CPS02.

Même si les médias parlent très peu des cas de suicide, sauf lorsque la personne passe à l’acte en public, la situation est très alarmante, insiste-t-il. C’est pourquoi les intervenants du CPS02 iront au-devant, assure M. Houle, en parlant de cette équipe mise sur pied il y a quelques mois. 

« Avant, on attendait qu’il y ait un suicide dans une école pour aller mettre en place un plan d’intervention. Maintenant, on va aller vers les organisations. C’est ce que l’équipe mobile pourra faire. Aller sensibiliser les têtes dirigeantes des groupes, que ça soit les syndicats, les directions d’écoles, les entreprises pour qu’ensuite l’information se propage. En fait, on veut que tout le monde devienne des agents de sensibilisation », explique le directeur général.

« Parce que la prévention est plus que jamais nécessaire et qu’il faut aller vers les personnes. Les gens n’ont jamais été aussi isolés. Même si internet et les médias peuvent nous donner l’impression du contraire. Des outils pour joindre ces gens-là devront aussi être développés. »

CPS02 a également tissé des liens avec plusieurs organismes de la région pour que le combat soit mené de front par tous. André Houle veut éviter que la personne soit perdue à travers une foule de services sans recevoir une véritable aide. 

« On voit ça dans le milieu de la santé. Les gens se renvoient le patient. Nous, on veut éviter ça. On travaille ensemble, que soit avec les centres d’hébergement, les services en santé mentale  », énumère M. Houle, qui précise que son organisation travaille en étroite collaboration avec le Cran. Un service qui aide les hommes en détresse. 

La gent masculine, rappelons-le, est surreprésentée dans les cas de suicide. CPS02 s’est aussi associé avec Mosaïque Sociale, un organisme qui rassemble la population par le biais des arts en favorisant l’insertion socioprofessionnelle, l’éducation, la solidarité, l’entraide, les échanges interculturels et intergénérationnels.

Une œuvre d’art a été réalisée par ce groupe et elle figurera sur l’un des dépliants informatifs du centre de prévention du suicide.