Annie Laviolette, intervenante clinique pour le Centre de prévention du suicide 02, estime que les gens ne doivent pas être gênés de demander de l’aide.

Suicide: les aînés demandent plus d'aide

Le nombre d’appels de détresse au Centre de prévention du suicide 02 ne cesse d’augmenter depuis quelques années pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Pour aider à sauver des vies, les gens en période de détresse ne doivent pas hésiter à demander de l’aide.

Annie Laviolette, intervenante et responsable des relations avec les médias au Centre de prévention du suicide 02, mentionne que la solitude et le fait de se sentir inutile contribuent à cette hausse.

« Je suis heureuse de voir que les gens dont vous me parlez s’en sortent. Nous œuvrons à la prévention du suicide et nous voulons que les gens continuent à vivre. Mais cela ne nous empêche pas de parler de suicide, notamment dans les résidences pour les personnes âgées. Ce n’était pourtant pas le cas, il y a quelques années, mais le suicide est devenu une réalité chez les personnes du troisième âge, et il faut en parler », indique Mme Laviolette.

Les statistiques sur le nombre de suicides chez les personnes âgées sont difficiles à établir, car souvent les gens décèdent d’une trop forte consommation de médicaments.

Les coroners ont de la difficulté à démontrer qu’il s’agit d’un suicide déguisé, étant donné que leur décès peut être attribuable à une erreur dans la prise de la médication.

« Les gens peuvent obtenir de l’aide pour passer à travers une période difficile. Mais ils doivent tendre la main, allez chercher de l’aide. Lorsqu’une personne seule ou un couple de personnes âgées se met à y réfléchir, c’est là que ça devient problématique. Il faut demander de l’aide », ajoute Mme Laviolette.

Il est possible de joindre le centre 24 heures par jour, sept jours par semaine, au 1 866-APPELLE (277-3553).

« Briser l’isolement »

Du côté de la Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ), le directeur général pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean, Patrice Saint-Pierre, n’hésite pas à mentionner que la solitude et le fait de ne plus se sentir utile amènent souvent les gens à songer au suicide.

« Une fois que les gens sont rendus à la retraite, ils sentent qu’ils sont devenus inutiles. Ils n’ont plus d’enfants à la maison et n’ont plus de rôle à tenir dans la société. Ils cherchent leur place et ne la trouvent pas. »

« Il faut briser l’isolement, amener les gens à participer à des activités en dehors de la maison, pour qu’ils rencontrent d’autres personnes. Juste le fait de participer à une activité tient les gens alertes durant quelques jours. Ça leur permet de se stimuler », précise M. Saint-Pierre.