Marc Pettersen défend les nouveaux trajets de la STS.

STS: Marc Pettersen répond aux critiques

Le conseiller municipal de Chicoutimi-Nord et président de la Société de Transport de Saguenay (STS), Marc Pettersen, défend les nouveaux circuits de transport en commun et invite ceux qui trouvent que le système se dégrade à venir le rencontrer officiellement.

Lundi, le Comité des citoyens pour l’amélioration du transport en commun au Saguenay (CCPATECS) a rendu publique une lettre dans laquelle il accuse la direction de la STS de prendre davantage en considération les besoins des étudiants universitaires que ceux des habitués du transport en commun. Ces derniers accusent M. Pettersen et la mairesse Josée Néron de rester silencieux devant leurs demandes répétées.

Marc Pettersen concède que tout changement peut apporter des bouleversements dans les habitudes des usagers, mais il est persuadé que la STS est sur la bonne voie avec ces modifications.

« C’est la première fois en 15 ans que l’on voit une augmentation de la clientèle. En 2018, il y a eu 20 % plus de personnes qui ont pris l’autobus » affirme M. Pettersen pour démontrer que la STS va dans la bonne direction.

Ententes bénéfiques

Bien qu’il ne veuille pas mettre de l’huile sur le feu en répondant aux critiques de la STS sur la place publique, M. Pettersen défend les nouveaux trajets et les collaborations avec les différentes institutions de Saguenay.

« On a une entente avec l’UQAC. Tous les étudiants, même ceux qui ne prennent pas le transport en commun, paient 40 $ par session pour pouvoir prendre l’autobus sans limites », précise M. Pettersen, qui espère multiplier les ententes de ce genre avec d’autres organismes.

« On pense au Centre fiscal à Arvida, au Cégep de Jonquière et à celui de Chicoutimi, même au CIUSSS », ajoute M. Pettersen pour illustrer comment la STS pourrait trouver de nouvelles sources de financement. Avec ces nouvelles entrées d’argent, le président de la STS croit pouvoir offrir plus de services, notamment la fin de semaine.

Rencontre

Il invite d’ailleurs les représentants du CCPATECS à formuler une demande officielle pour venir discuter avec lui. « C’est faux de dire qu’on se fout des usagers et qu’on est insensible », pense M. Pettersen, qui concède que la STS est dans un processus « d’amélioration continue »

Selon lui, la STS a procédé à des changements qui étaient nécessaires et qui seront bénéfiques pour tous à long terme.

Les représentants du CCPATECS prévoient se rendre à la prochaine réunion du conseil municipal qui aura lieu le 5 novembre pour questionner publiquement les élus à ce sujet.