Le maire de Dolbeau-Mistassini et président d’Alliance Boréale, Pascal Cloutier, confirme que les communautés forestières refusent catégoriquement la mise en place de la stratégie du caribou forestier qui aura un impact sur la possibilité forestière dans les grandes unités d’aménagement du nord de la région.

Stratégie caribou: «Des impacts catastrophiques»

La mise en place de la Stratégie pour les caribous forestiers et montagnards du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), imposée par le gouvernement caquiste aura, selon le président d’Alliance Boréale Pascal Cloutier, des « impacts catastrophiques » pour les communautés forestières en raison de la réduction de la possibilité forestière qui découlera de ce vaste programme.

Un peu plus de deux semaines après le passage du titulaire des Forêts, Pierre Dufour, dans la région dans le cadre de la tournée caribou, les inquiétudes se font de plus en plus sentir au sein de l’industrie et dans les communautés forestières. L’intransigeance affichée par les hauts fonctionnaires du ministère, qui n’a jamais été révélée publiquement, amplifie le problème et risque de se transformer en véritable crise avec le gouvernement du Québec.

L’organisme Alliance forêt boréale a organisé la semaine dernière une rencontre avec les représentants de l’industrie qui doivent planifier une année à l’avance les approvisionnements. Dans un communiqué émis lundi, Alliance boréale fait état de la gravité de la situation qui guette l’économie des communautés forestières et l’avenir de ce secteur névralgique dans un contexte où Québec impose ses solutions pour répondre aux attentes du gouvernement fédéral dans le dossier de l’habitat du caribou forestier.

« À la suite des conversations que nous avons eues, nous demeurons convaincus plus que jamais que les mesures de protection du caribou forestier envisagées auront des impacts catastrophiques pour nos communautés. Il est urgent que le ministre entende nos préoccupations et que son équipe réponde à nos questions tout en nous présentant les faits sur des bases scientifiques solides pour expliquer le déclin du caribou dans notre région », a soutenu le maire de Dolbeau-Mistassini et président d’Alliance Boréale Pascal Cloutier.

Le ministre Pierre Dufour avait été choqué d’apprendre que la machine administrative de son ministère appliquait déjà des mesures transitoires dans la planification forestière alors qu’aucun plan n’a encore été confirmé par le gouvernement. Le ministère a donc choisi de repousser d’une année l’application de ces mesures qui comprend la fin des opérations forestières dans certaines zones. Ces mesures seront toutefois appliquées l’an prochain et causeront de sérieux problèmes aux entreprises pour la récolte forestière.

« Certains ont mentionné que le MFFP est revenu sur sa décision dans l’application des mesures intérimaires prévues pour la saison en cours (2019-2020). Toutefois, rien ne semble changé pour la saison prochaine (2020-2021), car le MFFP entend appliquer ces mesures intérimaires au 1er avril 2020, et ce, même si la stratégie n’est pas adoptée », précise le communiqué.

« Nous sommes là pour défendre les intérêts de nos communautés, car l’avenir du Québec passe par l’industrie forestière », a conclu Pascal Cloutier.

La stratégie de rétablissement du caribou pour la région repose sur des inventaires aériens réalisés en 2003 et 2004. L’inventaire de 2003 réalisé dans le nord des unités d’aménagement confirmait une concentration de caribous supérieure aux objectifs du plan 2013-2023 ainsi qu’une productivité de la harde supérieure à la limite minimale de 15 %. L’inventaire 2004 avait quant à lui permis au ministère d’établir la limite sud de l’aire de distribution du caribou.

Le gouvernement du Québec n’a toujours pas publié les inventaires des hardes de caribous réalisés l’hiver dernier sur la zone du Pipmuacan ainsi que dans le nord des unités d’aménagement du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les inventaires forestiers réalisés dans la grande région sud de la stratégie d’aménagement depuis confirment globalement la présence de 3,30 caribous par 100 kilomètres carrés alors que l’objectif du ministère était de 1,5. Les indicateurs de recrutement et de prorata de faons par 100 femelles sont également largement dépassés, selon le décompte des animaux sur le territoire.

+

UNE ENTENTE SECRÈTE

Le gouvernement du Québec aurait conclu dans le plus grand des secrets une entente sur la stratégie du caribou forestier avec le gouvernement canadien pour les quatre prochaines années dans le cadre d’une stratégie canadienne qui vise toutes les provinces où il y a des hardes et de l’exploitation forestière.

La conclusion de cette entente de quatre ans a été confirmée par la mise à jour officielle du gouvernement fédéral réalisée deux fois par année. Cette mise à jour fait généralement état de l’avancement des stratégies provinciales. C’est dans cette mise à jour que les communautés forestières avaient appris que Québec allait signer une entente à long terme. Le ministre Pierre Dufour, nouveau titulaire des Forêts à l’époque, avait été surpris d’apprendre cette nouvelle passée sous le radar en raison de la transition électorale.

Les détails de l’entente conclue avec Ottawa ne sont cependant pas rapportés dans la mise à jour fédérale. Il s’agit d’un résumé sur les actions que le gouvernement du Québec mettra de l’avant pour respecter les directives du gouvernement canadien en matière d’habitat du caribou.

Ces actions comprennent l’identification des grandes zones faiblement perturbées. Il se trouve que ces grandes zones sont concentrées dans les unités d’aménagement du nord du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les actions comprennent aussi le démantèlement des routes forestières ainsi que des études sur l’utilisation des vieilles routes par le caribou ainsi que d’autres animaux.