Le dévoilement a eu lieu mardi.

Stigmatisation en santé mentale: le comité régional dévoile ses actions

Le Comité régional de lutte à la stigmatisation en santé mentale du Saguenay–Lac-Saint-Jean a dévoilé ses nouveaux outils et les actions qui seront déployés dans un avenir rapproché, mardi, à Alma. Le dévoilement a pris tout son sens alors qu’il avait lieu en pleine Semaine de sensibilisation aux maladies mentales.

« Près des deux tiers des Canadiens vivant ou ayant vécu une problématique en santé mentale refusent de consulter un médecin par crainte d’être jugés », est ce qui explique, en partie, la mise sur pied du regroupement qui comprend une quinzaine d’organismes et de partenaires et les actions qu’il entreprend.

Les prochains mois permettront de sensibiliser la population aux impacts liés à la stigmatisation en santé mentale à travers diverses actions et autant de projets.

Une conférence qui est en cours de développement permettra de présenter les coûts liés à la santé mentale en milieu de travail autant aux employeurs qu’aux travailleurs.

La conseillère à la promotion et prévention en santé mentale à l’Association canadienne pour la santé mentale Saguenay, Marie-Joëlle Côté, souligne qu’une attention particulière sera portée aux cas d’employés qui se retrouvent en congé maladie en raison de problématique de santé mentale ainsi que leur retour en emploi.

Les médias et leur traitement de certaines nouvelles font partie des cibles d’intervention du Comité régional de lutte à la stigmatisation en santé mentale du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Un guide de pratique leur sera, entre autres, distribué.

« Quand le comité de vigie remarquera une nouvelle stigmatisante dans les médias, un contact sera fait auprès des personnes concernées. On ne veut pas expliquer aux journalistes comment faire leur travail, on veut apporter l’angle de ce qui peut être blessant aux yeux de certaines personnes. Les bons coups, dont le choix du vocabulaire, seront également soulignés », ajoute Marie-Joëlle Côté.

Le comité est né à la suite de l’intervention d’un citoyen en 2015. La personne qui vivait avec une problématique de santé mentale a interpellé le milieu de la santé afin de dénoncer un article de journal qui présentait une stigmatisation en santé mentale.

Le comité est ensuite né du regroupement de divers intervenants provenant de tous les milieux. Ceux-ci ont alors amorcé un travail de sensibilisation. Le comité oeuvre sous quatre axes soient les médias, la population, les employeurs et la dépendance.

Le projet est rendu possible grâce au soutien financier de ARACSM-02, le CIUSSS Saguenay–Lac-Saint-Jean, les Tables de concertation en santé mentale du secteur Jonquière et du Domaine-du-Roy, ainsi que plusieurs députés et ministres.