Stéphane Bédard a lui-même répondu à ses détracteurs sur la publication Facebook, mardi.
Stéphane Bédard a lui-même répondu à ses détracteurs sur la publication Facebook, mardi.

Stéphane Bédard se défend d’être raciste

Mélanie Côté
Mélanie Côté
Le Quotidien
L’ancien député péquiste de Chicoutimi Stéphane Bédard se défend d’être raciste. Des propos « mal interprétés » qu’il a tenus à La Joute, sur les ondes de TVA, ont suscité une petite tempête sur les réseaux sociaux, mardi.

« [...] les États-Unis qui fêtaient une fête traditionnelle américaine, mais au départ blanche. Oui, il y a beaucoup de joueurs noirs, mais dans les faits, quand tu vas dans les stades, c’est beaucoup de Blancs parce que ça coûte cher aller dans les stades », a déclaré M. Bédard, dans un extrait où il était question du spectacle de la mi-temps du Super Bowl. L’analyste traitait alors du manque de diversité dans les stades de football.

Le segment de l’émission a été relayé sur les réseaux sociaux, notamment par La Clique du Plateau, et a suscité de nombreuses réactions. « À l’évidence, on a mal compris mon message, s’est désolé M. Bédard, lorsque contacté par Le Quotidien. Il ne faut pas prêter mauvaise foi aux gens. Ils peuvent de bonne foi mal interpréter [...]. »

Stéphane Bédard a lui-même répondu à ses détracteurs sur la publication Facebook, et un peu plus tard, une précision a été publiée sur le site Internet de l’émission. « Quand ça se met à glisser, il faut être clair dans les propos. D’autant plus que mes propos visaient justement à dénoncer le manque de diversité. Et c’est pour ça que je soulignais la présence de deux artistes latinos dans une réalité qui n’est souvent pas assez tournée vers la diversité. C’est évident que le football, pour la famille moyenne américaine, encore plus afro-américaine, est souvent inaccessible dans les stades », a-t-il expliqué.

Quand on lit les commentaires, on voit que les internautes ont plutôt compris que l’avocat voulait diminuer la communauté afro-américaine dans sa capacité à créer des revenus.

« La réalité, c’est que la famille moyenne afro-américaine gagne malheureusement en moyenne 30 % ou 40 % du salaire des familles américaines. Il y a effectivement une inégalité qu’il faut dénoncer. Mon but était de dénoncer l’inégalité qui existe, mais on voit que des fois, quand on prend seulement un petit segment et qu’on l’extirpe de son ensemble, ça peut servir malheureusement à diverses interprétations. »

« Toute ma vie, dans mon engagement civil, dans les valeurs que j’ai enseignées à mes enfants, j’ai toujours visé à combattre le racisme, l’intolérance, les inégalités, et je vais continuer à faire la promotion de la diversité. »