Le projet de stade de soccer intérieur tombe à l'eau. La Ville met un terme à l'entente signée avec le promoteur Pascal Bouchard, qui n'a pas respecté les échéanciers.

Stade de soccer intérieur: Saguenay perd patience

Saguenay a finalement résilié son entente de location, d'une valeur de 9 M $ pour 15 ans, avec le promoteur du projet de stade de soccer intérieur Intencité. La Ville se retire donc complètement du projet, sur la table depuis le début des années 2000.
« Le délai est passé. On repart à zéro », a révélé le maire de Saguenay, Jean Tremblay, en entrevue plus tôt cette semaine, indiquant que pour la Ville, le « projet est mort ».
Lors du comité exécutif du 28 avril, Saguenay avait mandaté « l'architecte Carl Hovington afin que celui-ci confirme à Saguenay l'état d'avancement des travaux devant permettre au promoteur de respecter les engagements souscrits lors de la signature de convention de location en avril 2016 et particulièrement l'obligation de délivrance. »
Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, avait participé à une conférence de presse le 20 avril 2016 avec le promoteur du projet Intencité, Pascal Bouchard. Ils avaient annoncé une entente de location de 15 ans pour un total de 9 M $.
Le projet comprenait un terrain de soccer synthétique intérieur 11 contre 11, qui devait respecter les standards de la FIFA.
La résolution allait plus loin dans le sens que si l'architecte confirmait le retard, Saguenay enverrait un avis de résiliation du contrat au promoteur. C'est exactement ce qui s'est produit. « Il avait des conditions à respecter et il ne les a pas respectées », a poursuivi le maire.
Des travaux réalisés
Des travaux de préparation ont bel et bien débuté cet été sur le terrain situé dans le rang Saint-Antoine à Jonquière, le long de l'autoroute 70, mais visiblement ce ne fut pas suffisant pour les autorités municipales.
Lors d'une conférence de presse conjointe tenue le 20 avril 2016 avec Jean Tremblay et Pascal Bouchard, le promoteur du projet Intencité, il avait été mentionné que Saguenay réserverait 4500 heures annuellement pour les différentes équipes en échange d'une contribution financière de 661 000 $. Le stade devait alors ouvrir en septembre... 2017 !
Dans cette mouture, le projet comprenait un terrain de soccer synthétique intérieur 11 contre 11, qui devait respecter les standards de la FIFA. Il aurait été divisible en trois terrains de sept contre sept. Il comportait également des terrains de dek-hockey et un espace de frappe de balles de golf utilisable 365 jours par année. Le projet a toujours aussi réservé un espace pour des jeux vidéo et des simulateurs. Il avait alors été évalué à 20 M $.
« On n'a plus d'obligations. On est à regarder d'autres projets », a-t-il poursuivi. Il a tenu à rajouter que Saguenay n'avait investi jusqu'à maintenant aucune somme directement dans l'aventure. « La Ville n'a pas déboursé une ''cenne''. On louait des heures, point final », a-t-il conclu.
Des travaux de drainage et de préparation du terrain ont été faits plus tôt cet été sur une superficie de 180 000 pieds carrés. Des travaux similaires devraient être faits prochainement sur un autre 200 000 pieds carrés. Le terrain est situé sur le rang Saint-Antoine à Jonquière le long de l'autoroute 70.
Une foule de raisons invoquées
Le promoteur du projet Intencité, Pascal Bouchard, invoque une litanie de raisons pour expliquer le retrait de la Ville et un énième report dans son projet présenté il y a plus de 15 ans.
Il cite notamment le bail avec Saguenay qui aurait été signé trop bas, la difficulté pour les banques de le financer sans des baux signés avec tous les groupes utilisateurs, le décès d'un partenaire en décembre et même l'appétit d'un constructeur qui aurait voulu renégocier avec la Ville.
« Le bail avec la Ville n'était pas assez haut. J'ai des exemples à 900 000 $, 1 M $ et 1,1 M $ », a-t-il commencé par dire, lorsque joint par Le Quotidien dans son entreprise de déneigement, Ongerneige de Jonquière.
Pascal Bouchard en avait aussi contre les institutions financières qui ont refusé d'avancer les sommes nécessaires pour aller de l'avant dans le projet estimé à 20 M $ lors de la conférence de presse de 2016 et à 14,7 M $ selon ses dires cette semaine. « Je me suis fait prendre par les banques. J'avais le bail de la Ville et les lettres d'entente avec les associations de baseball, de soccer et de football, ainsi que les cégeps et l'UQAC. Ils me disaient : ''M. Bouchard, ça prend des baux avec tout le monde'' », a-t-il expliqué.
Lors d'une des nombreuses annonces du projet au fil du temps, Pascal Bouchard avait présenté comme partenaire, Larry Eldridge, un ancien président d'Athlétisme Canada. « J'ai perdu en cours de route mon partenaire Larry Eldridge. Il est décédé du cancer en décembre », a-t-il mentionné. 
L'homme d'affaires a donc expliqué qu'il est à la recherche d'un autre partenaire financier, qui deviendrait le 4e impliqué. Ce joueur devrait investir 625 000 $, pour ainsi lever 2,5 M $ au total. Pour l'instant, Pascal Bouchard a assuré qu'il avait avec lui un investisseur de Québec et un constructeur, qu'il n'identifie pas.
D'ailleurs, le constructeur actuel impliqué est venu remplacer celui qui était là auparavant, et qui aurait fait dérailler l'entente avec Saguenay, a clamé encore Bouchard. « Le 11 avril, c'était réglé. C'était amorcé et on faisait la première pelletée de terre. Mais le constructeur voyait l'énorme potentiel et il s'est rajouté 20 000 pieds carrés de commercial », a-t-il raconté. Toujours selon ses dires, c'est ce constructeur qui aurait voulu renégocier un nouveau bail plus lucratif avec Saguenay. « Je l'ai tassé et je suis allé voir le 2e constructeur que j'avais laissé de côté », a-t-il poursuivi.
Des travaux de drainage et de préparation du terrain ont été faits plus tôt cet été sur une superficie de 180 000 pieds carrés. Des travaux similaires devraient être faits prochainement sur un autre 20 0000 pieds carrés. « C'est moi qui a tout payé ça », a-t-il indiqué.
Pascal Bouchard reconnaît qu'il peut être difficile d'aller chercher des partenaires financiers, étant donné que le projet peut être vu comme « toxique » par certains, vu les nombreux délais depuis plus de 15 ans.
« Si j'ai le quatrième joueur, redonnez-moi le bail et on le livre », a-t-il juré. Il est même prêt à donner son terrain à Saguenay pour qu'elle construise le stade de soccer à côté des autres volets qu'il entend réaliser malgré tout. « Je suis à un iota de le faire. Je suis un guerrier, je ne lâcherai pas », a-t-il conclu.
Annoncé depuis longtemps
2004
« Nous avons encore un obstacle majeur à annihiler. Dès que nous aurons la voie libre, les travaux seront entrepris pour les trois aires de golf : un champ de pratique, un neuf trous à normale 27 et le concept de ''putting'' sur un vert naturel de 35 000 pieds carrés. »
- Pascal Bouchard en 2004, sur le retard de cinq ans déjà accumulé
2007
« Nous pensons qu'il y a de la place pour un centre sportif de ce genre et nous voulons rencontrer tous ceux qui pourraient avoir de l'intérêt. »
- Pascal Bouchard en 2007, après avoir présenté son partenaire Larry Eldridge
2013
« Nous sommes en discussions avec des responsables pour amener le soccer dans notre complexe. Je suis optimiste que ça devrait fonctionner de ce côté-là aussi. »
- Pascal Bouchard en 2013, alors qu'une première pelletée de terre était attendue pour bientôt
2015
« J'attends cette conférence depuis 15 ans. »
- Pascal Bouchard en juin 2015, annonçant le projet pour septembre 2016
2016
« On est là pour longtemps. »
- Jean Tremblay en 2016, lors de l'annonce du partenariat et de l'ouverture pour septembre 2017