Josée Néron et Sonia Côté s'étaient serrées la main lors du sit-in silencieux, le 11 février.

Sonia Côté veut des explications

Sonia Côté demande à Josée Néron d'expliquer la poignée de main qu'elle lui a donnée lors du sit-in silencieux qui s'est tenu dans le hall d'entrée de l'hôtel de ville de Chicoutimi, jeudi dernier.
La coordonnatrice de Loge m'entraide se questionne si le geste de la chef de l'ERD n'était pas un simple geste de politesse. Rappelons que le sit-in du 11 février visait à obtenir de l'aide financière de la Ville pour le projet de Coopérative d'habitation La Solidarité.
«On nous a répondu que Mme Néron appuyait le projet de la Coopérative d'habitation La Persévérance sur la rue Pinel, mais pour celui de La Solidarité, j'ai plutôt senti une hésitation, a partagé Sonia Côté par voie de communiqué. Que valait cette poignée de main? Un appui politique sincère ou un simple geste de politesse?»
La coordonnatrice soutient que cinq jours après le sit-in silencieux, il est temps d'obtenir des réponses. «Les militants ainsi que moi-même aimeraient bien savoir ce qui a motivé la chef de l'ERD à venir me serrer la main lors du sit-in silencieux [...]. Elle avait pourtant dit aux médias qu'elle allait réagir plus tard, mais nous attendons encore sa réaction», a-t-elle pointé.
Sonia Côté a rappelé qu'une rencontre entre Loge m'entraide et Josée Néron avait déjà eu lieu le 9 octobre dernier, dans le but de connaître les demandes de l'organisme face au budget municipal par rapport au logement social.
«À sa demande, nous l'avons informée sur notre mission, nos luttes, nos projets La Persévérance et La Solidarité, les besoins en logements sociaux ainsi que nos demandes spécifiques en vue du budget municipal de 2016, mais sans plus», a mentionné Mme Côté.