La coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté, souhaite une coopérative gérée par les locataires.

Sonia Côté a refusé une offre de 1,8 M $

La coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté, a refusé 12 unités de logement dans les nouvelles Habitations du Parc, un projet en construction sur la rue Bégin, à Chicoutimi. Une offre de plus de 1,8 million $ qu’elle aurait reçue à deux reprises.

Les unités sont évaluées à environ 150 000 $ chacune. Le prix de location sera fixé par l’Office municipal d’habitation (OMH) de Saguenay en fonction du salaire des locataires.

Vendredi, la députée caquiste de Chicoutimi et ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a confirmé que Mme Côté a bel et bien reçu cette offre à deux reprises. L’équipe de la députée et celle de Loge m’entraide se rencontrent tous les mois pour faire des suivis. La prochaine séance est prévue en janvier.

« Nous lui avons offert 12 unités flambant neuves, à Chicoutimi, mais elle a refusé. Elle veut vraiment aller sur le terrain à décontaminer à Kénogami », a expliqué Mme Laforest.

Le projet des Habitations du Parc, un chantier de 16 millions $, a été annoncé en juillet et, à ce moment, on prévoyait une ouverture au cours de l’été 2020. Trois immeubles de 99 logements destinés aux personnes vivant avec un handicap physique ou intellectuel et aux personnes ayant un modeste revenu seront construits.

Sonia Côté avoue que ce n’est pas ce qu’elle vise. Le projet sera géré par l’OMH, à Chicoutimi, et elle souhaite une coopérative, à Kénogami, pour ne pas laisser tomber les gens de Jonquière.


« Je demande des coopératives, gérées par les locataires, où il n’y a pas d’ingérence dans la direction. »
Sonia Côté

« Je demande des coopératives, gérées par les locataires, où il n’y a pas d’ingérence dans la direction. Mais dans ce cas-ci, l’OMH aurait été propriétaire sans droit de regard pour les locataires. Et le projet, ils le font quand même. Ils n’ont pas besoin de nous. C’est un super beau projet, mais celui de Kénogami n’a pas les mêmes visées, et c’est ce projet qu’on demande », réitère-t-elle.