Solidarité en temps de crise au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Eve-Marie Fortier
Eve-Marie Fortier
Le Quotidien
Alors que les mesures gouvernementales entourant la propagation de la COVID-19 causent un casse-tête pour certaines personnes, d’autres profitent de l’occasion pour offrir leur soutien. Plusieurs personnes du Saguenay–Lac-Saint-Jean offrent aux parents dans le besoin de garder leur enfant et quelques restaurants proposent de livrer des repas à ceux qui doivent rester en quarantaine.

Sur les réseaux sociaux, il est possible de lire plusieurs publications de jeunes et moins jeunes qui profitent des deux semaines de congé forcé dans le milieu de l’éducation pour offrir leur service de gardiennage. Même si cette pratique amène certains questionnements, aucune norme ne semble empêcher un jeune d’offrir un tel service s’il est assez responsable pour prendre soin d’un enfant.

Alexandra Gauthier, éducatrice spécialisée, fait partie de ceux qui ont eu l’idée de proposer un coup de main. « J’ai vu plusieurs personnes faire des publications pour offrir leur aide et j’ai eu l’idée, à mon tour, de le faire, puisque je ne suis pas en quarantaine et que personne autour de moi ne revient de voyage. Étant donné que je suis actuellement sans travail, je voulais me rendre utile pour les familles pour qui ce n’est pas envisageable de prendre deux semaines de congé. »

Alexandra a rapidement comblé son horaire, puisque la demande était forte, selon elle.

Clara Bourque, étudiante en troisième année au baccalauréat en physiothérapie à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), a aussi eu envie de faire sa part. Même si le gardiennage ne fait pas partie de sa future profession, s’occuper des enfants est un intérêt pour elle. « Je connais plusieurs parents qui n’ont aucune autre solution que la garderie. Je me suis donc dit que je pouvais donner un coup de main à ceux qui ne peuvent pas prendre congé. »

Commandes téléphoniques

La Boucherie Charcuterie Lenoir et Leblanc, de Jonquière, a eu l’idée de permettre à ses clients en quarantaine de communiquer directement avec leur boucher afin de commander. Des mesures de sécurité seront également appliquées afin d’éviter toute propagation de la COVID-19.

Sur sa page Facebook, la petite entreprise explique que les clients peuvent appeler, passer commande et payer par carte de crédit. Le restaurant s’occupe ensuite d’aller porter la commande directement dans la voiture d’une personne désignée.