La plupart des consommateurs ont trouvé satisfaction, quelques minutes après le début officiel du Boxing Day, jeudi.
La plupart des consommateurs ont trouvé satisfaction, quelques minutes après le début officiel du Boxing Day, jeudi.

Soldes d'Après-Noël: à la chasse aux aubaines

Alors que le temps semblait figé par le froid en matinée, au lendemain du souper de Noël, la chasse aux rabais a réchauffé Place du Royaume à la vitesse grand V, jeudi après-midi. Véritable tradition, le Boxing Day a de nouveau attiré un grand nombre de consommateurs.

Économiser en dépensant. Dépenser en économisant. Dépenser pour économiser. Faire une bonne affaire. Prenez la formulation que vous préférez, mais une chose est sûre, le rendez-vous annuel de l’Après-Noël n’a rien perdu de sa popularité, à l’ère où l’achat en ligne gagne toujours plus de terrain.

Au magasin Best Buy, plusieurs clients sont arrivés à 10 h 30 pour faire la file, alors que la grille devant l’entrée s’ouvrait seulement à 13 h. Heureusement, les plus hâtifs ont semblé trouver ce qu’ils cherchaient, dont le jeune Charles-Antoine, venu chercher sa Nintendo Switch.

Alex Ménard, employé au Best Buy de Chicoutimi, a réchauffé ses collègues avec une petite séance de breakdance.

« J’ai ramassé mon argent toute l’année pour pouvoir me l’acheter », a-t-il fait savoir, flanqué de ses parents.

« On est là spécialement pour lui. Habituellement, on fuit le Boxing Day », a ajouté sa mère.

La patience de Charles-Antoine lui a permis d’économiser 80 $. Dans le magasin à 12 h 56, dès l’ouverture des portes, il quittait à 13 h 05, Nintendo Switch à la main et sourire fendu jusqu’aux oreilles.

La Nintendo Switch était particulièrement populaire au Best Buy.

Les autres clients rencontrés dans la file d’attente étaient à la recherche de jeux vidéo, d’une tablette électronique ou d’AirPods, ces fameux écouteurs sans fil.

expérience pour les clients, par les employés

Pour cette journée un peu folle, tous les employés du Best Buy ont été mis à contribution. La « messe des rabais » a commencé avec un dîner pizza, histoire de préparer les troupes. Le leader de la succursale, Dany Tremblay, a expliqué que les soldes de l’Après-Noël étaient bien plus qu’une histoire de bas prix.

« On se prépare en se racontant notre Noël respectif, puis on fait une réunion pour parler de la stratégie, a-t-il souligné. Pour réussir une semaine comme on va vivre, ça prend une stratégie. Tout le monde sait où il doit aller et chaque employé a un rôle à jouer. Le nombre de minutes par transaction est très important et les gens sont formés pour ça. »

Certains clients ont profité du Boxing Day pour faire certaines provisions.

Quelques minutes avant l’ouverture des portes, Alex Ménard a réchauffé ses collègues avec un numéro de breakdance, pendant que les membres du personnel formaient deux rangées pour accueillir les clients. La table était mise.

Rechercher le bon produit

Une très brève tournée dans les étalages a démontré que le Boxing Day s’avère, dans quelques cas, un ingénieux coup de marketing pour les commerces de détail, mais un coup d’épée dans l’eau pour les consommateurs. Par exemple, un rabais de 150 $ était appliqué sur une laveuse, ce qui ne représente certainement pas l’aubaine de l’année.

« Il faut regarder les bonnes catégories de produits », a toutefois rétorqué Dany Tremblay, chez Best Buy, feuilletant la circulaire en ciblant certaines économies alléchantes, notamment sur les téléviseurs grand format, les ordinateurs portables, les haut-parleurs, les jeux vidéo et les téléphones intelligents.

Les téléviseurs grand format avaient la cote en ce jour du Boxing Day.

« Tout est populaire puisque tout est rendu connecté, a-t-il ajouté. C’est devenu un écosystème électronique, donc tout le monde veut différents produits pour relier leurs équipements. »

Deux gros mois

Depuis quelques années, le Boxing Day est accompagné un mois plus tôt par le Black Friday, ou Vendredi fou pour les fervents de la loi 101.

Ces deux journées où les rabais pullulent, à environ un mois d’intervalle, ont pour effet d’offrir une période achalandée chez les détaillants. Au Centre Hi-Fi/Roussel Informatique de Chicoutimi, les chiffres d’affaires de novembre et de décembre sont similaires.

Les téléviseurs grand format avaient la cote en ce jour du Boxing Day.

« Ça fait deux gros mois et le Black Friday, qui est en quelque sorte le Boxing Day de novembre, nous permet de nous préparer, a expliqué le copropriétaire Angelo Pedneault. L’achalandage est similaire pour les deux événements et ça nous permet d’équilibrer les ventes. C’est donc un peu moins fou. »

Si l’électronique a la cote au Boxing Day, le magasin Sports Experts-Atmosphère de Place du Royaume a reçu passablement de visites également. Le copropriétaire Simon Turcotte s’assurait que tout le monde obtienne satisfaction dans les installations fraîchement rénovées du magasin à grande surface.

« Chaque année, on réussit à battre notre record, donc on espère encore le faire cette année, a exprimé le jeune entrepreneur. On a maintenant de plus grandes allées et ça nous offre un avantage. Les gens sont moins à l’étroit et ça favorise le magasinage. Entre le Black Friday et la fin de la période des Fêtes, c’est environ 60 % de notre chiffre d’affaires. C’est donc important d’être prêts. »

+

DES AIRS DE BOXING DAY À LA SQDC

Si les files de consommateurs étaient longues devant plusieurs magasins de la région pour la conquête des rabais, la scène relevait du copier-coller devant la succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) de Chicoutimi, jeudi.