Contenu commandité
Soirée haute en couleur au conseil de Saguenay
Soirée haute en couleur au conseil de Saguenay
En temps froid, les appareils destinés aux pompiers ne fonctionnaient pas comme prévu, risquant ainsi de mettre en péril la vie des sapeurs et des citoyens en détresse.
En temps froid, les appareils destinés aux pompiers ne fonctionnaient pas comme prévu, risquant ainsi de mettre en péril la vie des sapeurs et des citoyens en détresse.

Poursuite contre 3M : Saguenay veut récupérer ses billes

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Saguenay poursuit sa bataille contre la multinationale 3M pour l’achat d’appareils respiratoires «défectueux» destinés aux pompiers. Un an après le dépôt d’une demande introductive contre le fournisseur Équipements incendie C.M.P. Mayer et le fabricant 3M Canada, réclamant le remboursement du prix d’acquisition de plus de 700 000$, la ville vient d’octroyer un mandat à la firme Simard Boivin Lemieux pour la représenter dans ce dossier.

Le service des affaires juridiques de la ville, composé d’au moins sept avocats, était responsable de la poursuite depuis le début. Mais avec les dossiers qui s’accumulent, notamment en cour municipale, le service interne de la ville ne pouvait plus s’en occuper, explique la mairesse Josée Néron.

«Avec la pandémie, il y a eu beaucoup de retard à la cour municipale. Nous avons des délais à respecter, donc nous avons convenus de faire appel à une firme dans ce dossier», indique la mairesse, qui ne pouvait commenter davantage le dossier actuellement en cour.

Saguenay a dépensé, rappelons-le, plus de 700 000$ pour des masques qui ne fonctionnent pas en temps froid.

Le Service de sécurité incendie avait d’ailleurs confirmé le malfonctionnement des appareils en réalisant des tests, en collaboration avec le Laboratoire international des matériaux antigivre de l’UQAC.

Il a été démontré que lorsqu’ils sont utilisés à basse température, les appareils ne fonctionnent pas normalement. Du givre et de la glace s’accumulent à l’intérieur des régulateurs de pression.

La ville a d’ailleurs dû acheter en urgence de nouveaux équipements, ce qui a coûté près de 1 million $ aux contribuables de Saguenay, l’hiver dernier. Saguenay, dans sa poursuite, réclame d’ailleurs les sommes additionnelles dépensées pour l’achat de nouveaux masques.

Dolbeau-Mistassini se bat aussi contre 3M, géant mondial en équipements de santé et sécurité. La ville jeannoise avait dépensé près de 300 000 $ pour les mêmes masques «défectueux».