Selon le vice-président et chef de l'exploitation chez Stornoway, Patrick Godin, les travaux de construction de l'aéroport sur le site minier sont débutés.

SNC-Lavalin en charge du projet

La firme de génie-conseil SNC-Lavalin a été mandatée pour gérer le projet de construction de mine de diamants de la société minière Stornoway sur le versant nord des monts Otish. Les entreprises qui souhaitent obtenir des contrats sur ce chantier d'un milliard de dollars devront se qualifier auprès de la minière.
Le vice-président et chef de l'exploitation chez Stornoway, Patrick Godin, a indiqué hier au Quotidien que les travaux de construction de l'aéroport sur le site minier sont débutés, tout comme les différentes routes qui relieront les constituantes du projet avec les camps, les puits d'exploitation, les sites de dépôt et autres infrastructures.
Le Québec possède une culture minière pour les projets qui nécessitent le transport de quantités impressionnantes de minerai sur de longues distances vers les ports de mer. C'est le cas du fer sur la Côte-Nord. L'autre tradition est celle des métaux qui nécessitent des procédés chimiques à risque pour l'environnement comme l'or ou le cuivre dans la région de l'Abitibi et la Baie-James avec la construction de la mine Éléonord.
Selon Patrick Godin, la mine qui sera érigée à proximité du lac Lagopède à 350 kilomètres au nord de Chibougamau n'utilisera aucun procédé industriel chimique. Il s'agit uniquement d'opérations de concassage en douceur pour éviter d'endommager les pierres précieuses emprisonnées dans la roche.
«Lorsque la mine fonctionnera à plein régime avec la production de 1,6 à 2 millions de carats par année, nous allons devoir transporter une quantité de diamants comparable au contenu d'une mallette d'affaires par semaine. Ce sont des diamants que nous allons produire pour le marché de la joaillerie qui est en progression. On projette avoir approximativement 1% de production de qualité industrielle utilisée pour les appareils de tranche», explique le vice-président.
Les diamants du projet Renard sont évalués, selon les différentes analyses réalisées jusqu'à maintenant, à 210$ le carat. Le projet devrait fournir un carat de diamant pour chaque tonne de roche extraite et traitée. La valeur du diamant varie en fonction de critères esthétiques et de grosseur. La luminescence, la présence de bulles à l'intérieur de la pierre et la couleur font partie de ces critères.
Une autre mine de diamants pourrait donner des résultats différents avec des concentrations plus fiables, mais dont la valeur du carat est plus élevée. L'inverse est aussi vrai avec une grande concentration et une valeur plus faible pour chaque carat.
Ltremblay@lequotidien.com