Âgé de 8 ans, Guillaume Poirier est atteint d'une maladie du système immunitaire. Le jeune reçoit des traitements chaque semaine. Sa vie en dépend.

Six jours de rêve pour fuir la maladie

Derrière les beaux grands yeux de Guillaume se cache la maladie. Le jeune Félicinois de huit ans est immunodéficient, communément appelé la maladie de l'enfant-bulle.
Guillaume Poirier (à droite) et son grand frère Jérôme sont de retour d'une semaine ma-gIque à Walt Disney, Universal Studio et Sea World.
Chaque semaine, il doit recevoir une dose d'immunoglobulines (plasma). Sa vie en dépend. Un seul traitement nécessite de 200 à 500 dons de sang.
L'enfant et sa famille reviennent à peine d'un voyage de rêve. Ils ont effectivement profité de quelques jours de bonheur à Walt Disney, Universal Studio et Sea World.
Du 6 au 14 février, ils ont pu mettre de côté le quotidien, qu'ils vivent depuis plus d'un an, et savourer le moment présent sans se soucier des traitements.
Lorsque le diagnostic a été prononcé, en décembre 2015, la vie de la famille Poirier-Asselyn a complètement chaviré.
« Guillaume était toujours malade. De janvier à décembre 2014, il a fait 14 otites, huit sinusites, quatre gastros, une mononucléose et huit pneumonies. Il a pris des antibiotiques à 21 reprises en onze mois. Il a été hospitalisé toutes les semaines », témoigne sa mère, Mélyna Asselin.
Les investigations ont duré plusieurs mois. Cette période fut extrêmement difficile pour l'enfant, son grand frère et ses parents. « Nous avons rencontré des spécialistes de l'Hôpital Sainte-Justine et, de fil en aiguille, ils ont découvert qu'il était atteint d'un déficit immunitaire en complément. Mais ç'a été difficile avant d'en arriver là puisque les résultats de ses tests sanguins étaient normaux. Il a passé tout l'été 2015 hospitalisé », poursuit la maman.
« En août 2015, l'immunologue lui a fait passer un test en complément. Les analyses ont été effectuées aux États-Unis et un déficit de son système immunitaire a été découvert. Nous avons eu les résultats en décembre. »
C'est à partir du moment où le verdict est tombé que les traitements ont débuté. Sa mère lui injecte la médication chaque semaine. Il aura fallu plusieurs mois avant que le système de Guillaume s'adapte à cette nouvelle réalité.
« En août, sa dose de plasma a été montée au maximum. Il en reçoit 40 ml chaque semaine. Depuis la rentrée scolaire, il se porte de mieux en mieux. Guillaume a fait une seule infection et nous n'avons pas séjourné au centre hospitalier. Nous comptons les semaines sans hospitalisation. C'est une fierté. Nous sommes toujours sur le qui-vive et nous espérons que ça continue ainsi. »
À travers les bouleversements, la Fondation Make a wish/Fait un voeux Québec a été placée sur la route de cette famille de Saint-Félicien.
Lors d'un séjour à Sainte-Justine, Guillaume a passé un moment avec les représentants de l'organisme afin d'exprimer ce qu'il aime. Dans les semaines suivantes, il a reçu un colis par la poste où il a appris qu'il prenait la direction du Gift kid the World Village, un endroit pour les enfants malades. Toute la famille a eu la chance de passer trois jours à Walt Disney, deux jours à Universal Studio et une journée à Sea World.
« Nous avons vécu une semaine de rêve, sans parler de la maladie et des traitements. Nous avons vraiment décroché. Les enfants ont été tellement gâtés. Guillaume s'est même trouvé un emploi en Floride. Plus tard, il aimerait être conducteur d'une navette sur le site de Gift Kid the World village », conclut avec le sourire Mélyna Asselin.